Les ICO : une menace pour le modèle traditionnel de financement en capital-risque

Les ICO : une menace pour le modèle traditionnel de financement en capital-risque

Apprendre & comprendre
3 juillet 2018 par Xavier

Les technologies Blockchains sont en train de révolutionner le monde des affaires. Les banques, les entreprises multinationales de logistique et les cabinets d’avocats adoptent de plus en plus les technologies émergentes, et des milliers de nouvelles sociétés sont créées chaque année. Les introductions en bourse ou Initial Public Offering (IPO) rencontrent alors un rival de taille, les Initial Coin Offering (ICO) qui séduisent fortement les entreprises du monde entier.

Une Initial Coin Offering

Une ICO est une collecte de fonds reposant sur le crowdfunding en échange de la création et / ou de la vente des tokens d’un projet donné. Les tokens sont directement liés à leur Blockchain, alors que les crypto-monnaies sont des monnaies distinctes avec leur propre blockchain séparée. Le fonctionnement des tokens est comparable à une représentation numérique des actifs de la société. (Quelques explications ici)

Les ICO rencontrent un succès avéré auprès des entreprises en raison de leur simplicité. Le livre blanc public et le contrat intelligent du projet finalisé constituent la principale condition de réalisation d’une ICO. Les entreprises ciblent un plafond absolu, d’ailleurs le volume de financement provenant des Initial Coin Offering ne cesse d’atteindre des sommets historiques alors que les attentes continuent d’augmenter.

La différence entre une ICO et une IPO

Les ICO et les IPO ont une certaine similitude dans leurs structures : Les ICO ont recours aux crypto-monnaies comme le Bitcoin (BTC) et l’Ether (ETH) et aux plateformes appropriées, et les IPO nécessitent une cotation sur les marchés boursiers. Toutefois, les ICO gagnent du terrain dans le secteur du financement par certains avantages que les introductions en bourses ne peuvent offrir.

Le financement offert par les ICO est réceptionné plus rapidement de manière générale. Les entreprises atteignent leur limite maximale (hard cap) en quelques mois, alimentant leur efficience pour les prochaines années. A titre d’exemple, SingularityNet et Brave ont respectivement collecté plus de 30 millions de dollars en moins d’une minute.

Aussi, l’investisseur peut consulter certaines données du financement en capital-risque. Toutefois, il ne peut avoir un rôle influent sur le développement de l’entreprise. Les capital-risqueurs doivent participer à certains processus, ne finançant que les buts et les objectifs à court terme. Par conséquent, il favorise le développement à long terme seulement si cela est nécessaire et requis.

à lire aussi :  Les géants de l’investissement dont Peter Thiel soutiennent un nouveau stablecoin : "Reserve"

L’environnement financier d’aujourd’hui

Le succès accru rencontré par les ICO est encore marginal par rapport aux efforts de collecte de fonds plus traditionnelle. Bien qu’en 2017, un total record de plus de 6 milliards de dollars collectés ait été enregistré, soit une augmentation de 400 % par rapport à l’année 2016, ces chiffres ont changé à la fin de l’année.

Cinq des plus grandes ICO de l’Histoire se sont déroulées au cours de la hausse conséquente des prix au sein des crypto-marchés en octobre et novembre. Cependant, 2,3 % (10 sur 435 projets réussis) représentaient 25 % des fonds collectés.

Du côté des IPO, un total de 188,8 milliards de dollars a été collecté en 2017. Les capital-risqueurs ont injecté 72 milliards de dollars environ dans diverses entreprises. En parallèle, l’intérêt grandissant pour la Blockchain, les crypto-monnaies et les ICO fait rage à travers le monde entier. Mais, les traditionalistes de Wall Street se sont activement opposés à l’environnement instable de l’industrie des monnaies numériques.

La CFTC, une agence américaine de régulation du marché boursier, travaille actuellement sur la structure des ICO afin de résoudre les problèmes d’adoption de l’industrie.

Que nous réserve l’avenir ?

La structure générale de la participation des investisseurs dans les ICO doit impérativement être revue. Une réglementation s’impose également au vu du succès grandissant des ICO.

Les startups se tournant vers les capital-risqueurs au lieu des ICO choisissent cette méthode pour privilégier l’aspect humain. D’autant plus qu’un, deux ou trois avis extérieurs peuvent être inestimables pour les jeunes sociétés.

L’entreprise de capital-risque Andreessen Horowitz a récemment engagé 300 millions de dollars dans des projets de crypto-monnaies. Cependant, nombreux sont ceux qui ne sont pas convaincus par l’initiative.

Vitalik Buterin, le fondateur d’Ethereum, a lancé une nouvelle approche des ICO appelée DAICO. C’est une Initial Coin Offering décentralisée et autonome comprenant l’inclusion de la structure DAO. Le projet The Abyss a réalisé une telle opération.

« Derrière cette initiative, nous voulons que les électeurs puissent octroyer à l’équipe de développement un budget mensuel raisonnable et pas trop élevé. Si les électeurs sont très mécontents des progrès de l’équipe de développement, ils peuvent toujours voter pour fermer complètement la DAICO et récupérer leur argent », explique Buterin.

Cette initiative fournira une plus grande transparence de la part des développeurs, ce qui fera sans doute plaisir aux régulateurs et aux investisseurs. D’autant plus que les mouvements de sensibilisation sur les risques inhérents aux ICO ont augmenté dernièrement. Les collectes de fonds illégales utilisées pour duper les investisseurs seraient contrecarrées par la possibilité de récupérer les investissements effectués.

à lire aussi :  A qui s'adresser pour faire son ICO ?

Les ICO tendent à s’imposer en tant que collectes de fonds principales

Un nombre croissant d’opportunités s’offrent aux ICO afin qu’elles deviennent la nouvelle norme en matière de financement. Leur structure donne un vaste paysage aux investisseurs qui ne connaissaient que les IPO auparavant.

Les Initial Coin Offering suppriment le besoin de capital-risqueurs, souvent assoiffés de pouvoir. Cependant, il leur faut convaincre les capitalistes avant de s’établir comme option de choix des entreprises. Nombreuses sont les sociétés qui reconnaissent le potentiel des ICO, mais certains protocoles ambigus constituent un obstacle de taille pour d’autres.

Les Initial Public Offering restent, pour leur part, l’option la plus viable pour les entreprises. La réglementation claire fournit une protection autant aux investisseurs qu’aux sociétés.

Les ICO peuvent cependant marger dans l’arène du capital-risque. L’influence qui s’en est suivie sur les investisseurs et la transparence avérée, vis-à-vis du grand public, mettront en évidence les véritables acteurs des marchés émergents. De cette manière, les processus de collecte de fonds fourniront aux technologies Blockchains et aux innovations à venir, plus de chances de correspondre aux objectifs des entreprises, menant à l’adoption générale et leurs développements à long terme.

Par Michael Collins

Pensez-vous que les ICO pourraient un jour remplacer les IPO ? Cela serait-il plus avantageux pour les entreprises et les investisseurs ? Faites-nous part de votre avis dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X