Vidéo : 4 idées reçues sur les crypto-monnaies

Vidéo : 4 idées reçues sur les crypto-monnaies

Apprendre & comprendre
10 novembre 2018 par CanardCoinCoin

Ces derniers mois, vous vous êtes certainement rendu compte que le grand public parle de plus en plus des crypto-monnaies. Que ça soit en bien ou en mal, le constat que nous en faisons est qu’il y a énormément d’idées reçues sur les crypto-monnaies et nous allons en décortiquer 4 dans cette vidéo.

 

Transcript de la vidéo :

1. Salut Ben, Les crypto monnaies ne sont basées sur rien, le bitcoin n’est pas une monnaie.

Pour répondre à cette critique, voyons d’abord les caractéristiques nécessaires à un actif pour devenir une monnaie ainsi qu’un moyen de paiement largement accepté. Pour devenir une réserve de valeur, un actif doit être:

  • identifiable
  • non-périssable
  • difficile à contrefaire
  • facile à transporter
  • facile à stocker
  • fongible
  • divisible

De toute évidence, le Bitcoin possède bien toutes ces caractéristiques. Reprenons-les point par point.
Je rappelle qu’il est bien identifiable grâce à son numéro unique. Comme pour les billets de banque, chaque bitcoin est reconnaissable par son numéro unique.

Par le fonctionnement même de son réseau, le bitcoin est impossible à contrefaire et à falsifier. En effet, pour falsifier un bitcoin, il faudrait qu’une personne possède l’équivalent en puissance informatique, de 51% du réseau total, ce qui représente un investissement bien trop élevé et une opération bien trop difficile à mettre en place.

On peut, sans vraiment prendre de risque, dire que le bitcoin est facile à transporter et à stocker puisqu’il ne prend que quelque octets sur nos disques durs ou téléphones portables. (GSM :p)
Le bitcoin est bien fongible, c’est à dire qu’il est échangeable contre un autre bitcoin de la même manière qu’un dollar est échangeable avec un autre dollars.
Enfin, le bitcoin est divisible au 100 millionième. C’est à dire que l’on peut diviser un bitcoin en 100 million pour obtenir sa plus petite unité qui est appelée le Satoshi en l’honneur de son mystérieux créateur du même nom.

Toutes ces propriétés réunies, on pourrait dire que le bitcoin à sa place dans le cercle très fermé des monnaies. Mais une autre caractéristique doit être prise en compte pour qu’un moyen d’échange devienne une monnaie à part entière : elle doit inspirer confiance. Pour inspirer confiance, le bitcoin doit être en mesure d’assurer à ses utilisateurs qu’ils peuvent à tout moment échanger leurs bitcoins contre des biens et des services. Pour que le bitcoin et les crypto-monnaies deviennent des monnaies à part entière, il faut qu’elles soient adoptées par plus de monde. La jeunesse de ces monnaies est, je pense, leur seul faiblesse par rapport aux monnaies d’état. Ces dernières sont largement dépassées par les crypto-monnaies en terme de sécurité et de technologie.

à lire aussi :  Pour que le réseau Blockchain fonctionne, il faut des crypto-monnaies - dit le ministre des finances sud coréen

2. J’ai lu quelque part que les crypto-monnaies servent uniquement à la criminalité, notamment sur le darknet

Une des idées reçues que nous entendons le plus souvent est que le bitcoin et les crypto-monnaies servent en majeure partie à alimenter les trafics en tous genres, sur le darknet notamment. Le darknet représente une toute petite partie de la criminalité globale. Le bitcoin ne peut donc, au mieux, que représenter cet usage restreint qu’est le crime sur internet. Le moyen d’échange le plus utilisé dans le milieu criminel reste de loin le billet de banque qui peut être réellement intraçable et facilement blanchie par des criminels bien organisés, et ce, depuis des années.

Vous l’aurez compris, le bitcoin et les crypto-monnaies sont, certes utilisés dans le milieu du crime, mais ils le sont dans une moindre proportion en rapport à l’argent fiduciaire, malgré le fait que celle-ci soit contrôlée par les gouvernements.

3. Les cryptos ne sont que des moyens de paiement, qu’ont-elles de plus que les autres monnaies comme l’euros ?

Le bitcoin, comme les autres crypto-monnaies, représente uniquement l’unité de compte que les gens peuvent s’échanger. L’erreur que beaucoup font, est de voir le bitcoin comme une monnaie et rien de plus.

En effet, le bitcoin apporte bien plus qu’une simple monnaie électronique. La technologie sur laquelle il repose, sa blockchain, est le premier moyen fiable de l’histoire, à être distribué et infalsifiable.
Il permet à des personnes de s’échanger une valeur en se passant totalement d’intermédiaire. De plus, chaque bloc de transactions validé est inscrit de manière publique et indélébile, et génère de nouvelles unités de compte selon un calendrier fixé dans le code.
Le nombre total de bitcoin émis sera à terme de 21 millions, ce qui empêchera quiconque de dévaluer la monnaie comme on peut le faire dans nos états en imprimant de la nouvelle monnaie.
Avec le bitcoin, Satoshi Nakamoto nous permet de nous passer des banques et autres institutions centralisées en nous donnant la possibilité de posséder nos actifs sur des wallet hors ligne et de valider nos transactions entre utilisateurs.
Avec le bitcoin et sa blockchain, nous sommes notre banque et nous n’avons besoin d’aucun tiers de confiance pour envoyer ou recevoir des actifs. C’est un réseau d’échange d’actifs de pairs à pairs.

à lire aussi :  L’Iran développe une crypto-monnaie locale

Les crypto monnaies ne sont donc pas uniquement un moyen de paiement mais bien une nouvelle chaîne de valeurs plus sécurisée et appartenant à ses utilisateurs.

4. Le bitcoin consomme trop d’énergie (minage)

Il est vrai que le système de validation des transactions demande une quantité considérable d’énergie. Dans un fonctionnement par preuve de travail, cette dépense énergétique est inévitable pour prouver la bonne foi des validateurs.
En effet, sans cette dépense inévitable, l’utilisateur mal intentionné pourrait aisément tenter de corrompre le réseau puisqu’aucune peine ne lui serait infligée en cas d’échec.

Dans le cas du bitcoin, si un individu venait à faire une tentative de corruption du réseau, il se verrait immédiatement sanctionné par la perte de son investissement en électricité.
En clair, un validateur sur le réseau se doit de respecter les règles sous peine de ne pas être récompenser, et donc d’avoir dépensé de l’électricité pour rien.
Mais pour en revenir à nos moutons, beaucoup d’entreprise spécialisées dans le minage des crypto-monnaies investissent des sommes considérables dans le développement d’énergies renouvelables.
Ce qui est une très bonne chose pour réduire l’impact écologique de leur activité et rendre autonome la validation des transactions.

Certains font même le pari de récupérer la chaleur produite par les machines qui valident les transactions pour faire pousser des légumes en chauffant des serres ou d’intégrer ces machines dans des radiateurs domestiques afin de chauffer des maisons.
Il y a des tas d’exemples comme ceux que je viens de citer et l’enthousiasme qui règne dans le milieu des mineurs de crypto-monnaies laisse présager de belles avancées dans les années à venir.

Conclusion :

C’est déjà la fin de cette vidéo, n’oubliez pas de liker si vous avez aimé et de vous abonner à la chaîne Youtube. Si vous voulez en savoir plus, visitez notre crypto-addicts.com ou suivez nous sur l’une des deux chaînes Telegram gratuite ou VIP (coupon -25% avec CanardCoinCoin)
Nous on se retrouve la semaine prochaine avec de nouveaux sujets passionnants, très bonne journée à tous.

Cet article est la version vidéo de celui-ci..

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Sois le PREMIER à voter)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X