Quelles sont les différences entre une IPO et une ICO ?


Vous avez beaucoup entendu parler d’ICO ces dernières semaines ? Jetons un coup d’œil à ces nouvelles stratégies de financement que les startups à travers le monde adoptent pour financer des projets de Blockchain.

Qu’est ce qu’une IPO ?

C’est un introduction en bourse.

Une introduction en bourse (en anglais « Initial Public Offering », représenté par l’acronyme « IPO ») est une opération financière conduite par une société et ses différents conseils (banquier d’affaires, commissaires aux comptes, avocat d’affaires, etc.) qui permet la cotation de titres de capital [actions] de cette entreprise sur un marché boursier. (wikipedia)

Qu’est ce qu’une ICO alors ?

Un ICO (Initial Coin Offering) se distingue d’une IPO (Initial Public Offering), loin de Wall Street, les jetons d’ICO sont un peu l’équivalent de ce que les actions sont pour le marché des changes.

Qu’est-ce qui se cache derrière un ICO ?

Les ICO sont liées à la technologie Blockchain, c’est une nouvelle façon pour les entreprises de lever des capitaux et de développer des projets autour d’applications décentralisées. Les premiers investisseurs sont remerciés avec des programmes de primes, des jetons gratuits avec des programmes de parrainage et des cadeaux pour chaque inscription.

Cela rend les ICO virales, partageables et financées. Derrière l’argent qui est investi dans chaque nouveau projet, les créateurs de l’ICO libèrent une part de leur offre totale afin de récompenser les contributeurs pour les avoir aidés à obtenir du financement.

Habituellement, les contributions peuvent être faites avec du Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH) ou de la monnaie fiat (Euro, dollar, etc) et il y a des minimas afin de maintenir un nombre substantiel de participants pour le soft cap (montant minimal pour réaliser le projet) et le hard cap (montant maximal souhaité) qui sont librement fixés par les entreprises.

Depuis que l’Ethereum connait une croissance fulgurante, l’écosystème de la technologie Blockchain gravite autour de nouvelles méthodes de paiement et beaucoup de personnes ont davantage de considération maintenant pour l’ETH que pour le Bitcoin et d’autres monnaies.

Quelles différences majeures entre l’ICO et l’IPO ?

Comme nous l’avons souligné précédemment, l’ICO est la création de jetons numériques sur une blockchain qui est distribuée par l’intermédiaire du grand livre public. Un premier appel public à l’épargne est la distribution de participations au public par l’intermédiaire de banques d’investissement qui sont connues sous le nom de souscripteurs.

à lire aussi :  La sagesse des foules dans la décentralisation : ça marche plutôt bien

Faire une IPO n’est pas donné à toutes les entreprises, seules les sociétés privées établies et en activité depuis un certain temps sont autorisées à réaliser des IPO. Par conséquent, même les projets ayant de grandes ambitions ne peuvent pas accéder aux introductions en bourse, c’est une voie qui nécessite des années d’activité, des ressources et des entités bien établies.

La plupart des entreprises qui font des ICO n’ont parfois même pas de produit à présenter au public, certaines ont une preuve de concept, d’autres ont une preuve d’acceptation. Le Minimum Viable Product (MVP) – produit minimum viable – est parfois réduit à des documents tels que les livres blancs, les partenariats et les relations avec les médias. Les ICO les plus sérieuses présentent  un MVP de leur projet avant, durant ou dans un calendrier fixé à l’avance juste après la fin de l’ICO. Ce MVP est une application concrète de leur projet (service en ligne, application smartphone, etc)

En termes de rendement, les introductions en bourse offrent des dividendes sur les bénéfices de l’entreprise. Les ICO offrent des jetons à un prix qui augmentera grâce à la confiance du public dans le projet. C’est une promesse faite par l’équipe, c’est difficile d’assurer et de prédire l’avenir.

L’environnement réglementaire est tout à fait différent. En effet, avant qu’une société privée ne procède à une IPO, il est obligatoire de déposer une demande auprès des autorités compétentes et d’obtenir une autorisation. D’un autre côté, les ICO sont encore dans une législation floues, les plates-formes décentralisées sont au-dessus des frontières internationales, ce qui rend plus difficile la création d’un système réglementaire clair.

La vraie différence entre l’IPO et l’ICO, c’est que les IPO fonctionnent bien lorsqu’elles sont centralisées et entièrement contrôlées par une société. Les ICO fonctionnent bien quand il s’agit de logiciels libres et qu’il n’y a pas d’autorité centrale.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Source : NapoleonX
Image : Visual Generation/Shutterstock, techugoapp


Continuez la discussion :
Likez notre page Facebook, et inscrivez-vous au groupe Facebook. Suivez notre compte Twitter.
[Campagne de correction et d'amélioration] Lorsque vous trouvez une erreur d'orthographe, de grammaire, faute de frappe, ou une information à corriger/préciser merci de : 1. sélectionner le texte. 2. appuyer sur "CTRL + Entrée".
Une fenêtre de dialogue vous invite alors à proposer une correction.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X