Qu’est ce que le White Paper ? (Livre Blanc)

Qu’est ce que le White Paper ? (Livre Blanc)

Apprendre & comprendre Crypto-monnaie
2 juillet 2018 par Xavier

Dans le monde des crypto-monnaies, le White paper ou Livre blanc désigne le document d’information qui introduit les caractéristiques techniques, financières et commerciales de la future crypto-monnaie (ou plus généralement : d’un projet). Il est capital pour les développeurs comme pour les futurs investisseurs. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à ses propriétés, son rôle et sa forme.

Définition simple et signification

Le livre blanc n’est pas un concept nouveau. Bien qu’il ait une consonance particulière pour les crypto-monnaies, son but n’est pas aussi nouveau. Dans un contexte général, le terme White Paper indique des renseignements divers et en vrac sur un futur projet. L’objectif premier de ce document reste donc commercial, car son message se rapporte à la proposition d’idées et d’opportunités pour des futurs investisseurs.

Dans le monde de la crypto-monnaie, le rôle du White paper reste fidèle à cet objectif. En résumé, c’est un document numérique ou physique de quelques pages qui relate les qualités techniques et économiques d’une nouvelle plateforme. Il est généralement réalisé entre l’annonce et la réalisation d’une ICO (Initial Offering Coin) qui est la première rencontre avec le public où les premiers jetons sont distribués. Selon l’envergure ou la profondeur du projet, le livre blanc peut renfermer des détails plus commerciaux et sociaux.

Présentation d’un White paper

Les plateformes de crypto-monnaies procèdent systématiquement à la diffussion  d’un livre blanc avant de distribuer leurs jetons, souvent après la réalisation d’une ICO. Par exemple, Ethereum a procédé ainsi et la plupart des altcoins font de même bien que ce ne soit pas obligatoire.

à lire aussi :  Les grandes entreprises sont-elles prêtes à adopter la technologie Blockchain ?

Plusieurs volets sont retrouvés dans le document, et dans la plupart des cas, ils arborent tous la même hiérarchie. Dans une première partie, l’auteur explique et présente le projet en faisant le tour de la situation et des problèmes modernes du monde de la crypto-monnaie en tentant d’introduire la nouvelle plateforme comme solution. Le lecteur pourra facilement se situer sur les objectifs et les opportunités apportés par le nouveau jeton.

Dans une seconde partie, la plus importante, le livre blanc dévoile les paramètres techniques du projet. L’aspect technique concernera d’abord l’ICO et la répartition des jetons qui seront émis. Cette répartition est cruciale pour les intéressés car elle permet de définir les avantages et les pouvoirs offerts aux premiers détenteurs de jetons. Effectivement, c’est au moment de l’ICO que les investisseurs peuvent gagner des avantages sur les autres acheteurs de jetons (par exemple : le prix d’achat d’un jeton au début de l’ICO n’est le même que vers la fin de l’ICO).

Ensuite, le livre blanc explique le protocole utilisé par la plateforme pour sécuriser, fluidifier et personnaliser les échanges. Dans le cas où l’investisseur ne prend pas connaissance de ces caractéristiques techniques, cela pourrait engendrer des pertes importante.

Enfin, le White paper ne peut être convaincant sans une bonne notoriété de l’équipe, d’où la présentation du Staff technique. La Blockchain et la crypto-monnaie constituent un écosystème spécifique qui renferme ses professionnels. Un projet appuyé par de grands noms peut attirer un grand nombre d’investisseurs et vice versa. Un volet particulier rassemble et présente ainsi les membres, les fondateurs et les techniciens d’une nouvelle crypto-monnaie. Chaque partie technique doit être chapeautée par un nom comme le programmeur de la plateforme, le directeur marketing du projet, les partenaires dans la réalisation, etc.

à lire aussi :  Les nouvelles crypto-monnaies en 2017

Le white paper, juste pour l’information

On ne le dira jamais assez, il ne faut pas se fier à un livre blanc pour investir ! Chacun devra juger la pertinence d’un projet selon un baromètre personnel et subjectif puisque le White paper n’est pas un gage de réussite. D’ailleurs, tout ce qui y est relaté n’est pas forcément réalisé par le projet au moment du lancement.

Le véritable danger d’un livre blanc réside donc dans ses ambitions marketing, que tout le monde devrait scruter à la loupe. Aucune poursuite ne peut être effectuée à un projet qui n’aura pas exécuté les grandes lignes de son livre blanc au même titre que l’initiateur peut abandonner complètement son projet même après l’ICO (dans le cas d’un exit scam). Une marge de risque énorme flotte ainsi sur la tête des nouvelles plateformes et la lecture d’un livre blanc ne doit influencer qu’une partie de la volonté d’un investisseur.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X