ICO : comment y participer ?

ICO : comment y participer ?

ICO (Initial Coin Offering)
11 mai 2018 par Linda ORIOT

Maintenant vous savez ce qu’est une ICO. Vous vous sentez prêts à passer le cap ! Vous avez repéré un projet porteur, l’ICO est en cours. C’est décidé vous allez « participer à une ICO » !

CanardCoinCoin a choisi d’illustrer ce pas à pas à travers l’exemple de l’ICO de SAIFU.

Oui, mais juste avant, une halte rapide côté vocabulaire.

« Investir dans une ICO », vraiment ?

Et bien non ! Nous « n’investissons pas dans une ICO », pas plus que nous ne pouvons « acheter une ICO ». L’Initial Coin Offering peut se traduire littéralement par « Offre Initiale de Jetons ». L’ICO correspond à la campagne de lancement d’un token sur le marché. En fait, on s’inscrit à une ICO pour acheter des tokens et ainsi permettre à un projet blockchain de se développer.

Voilà, c’est mieux maintenant, non ?

Etape 1 : accéder au site de l’ICO

Lors de vos recherches d’informations, vous êtes forcément passé sur le site de votre projet favori. Vous avez également dû remarquer que chaque projet adopte des méthodes et modalités différentes. Certains vont préférer inclure un bouton « Token Sale Registration», « Join to ICO », « Buy tokens » ou encore « Join the whitelist » directement sur le site du projet, quand d’autres choisiront de dédier un site à l’ICO.

Pour sa part, SAIFU a opté pour le site dédié qui reprend les informations essentielles telles que le Whitepaper, la composition de l’équipe, la roadmap, le prix du token, le hardcap (nombre maximum de tokens émis)…

Ah oui, tout est en anglais ! Si vraiment la langue est un problème, n’hésitez pas à faire un clic droit et choisir « traduire cette page » dans Chrome.

Etape 2 : S’inscrire à l’ICO

SAIFU nous invite à passer à l’action en haut de la page d’accueil. Pour cela, il suffit de cliquer sur « Buy Tokens Now ».

à lire aussi :  Un casino flottant à un demi milliard lors d'une ICO ?

Un rappel des conditions tarifaires, et hop ! Il est temps de s’inscrire.

Un mail et un mot de passe suffiront à passer à l’étape suivante.

Jusqu’ici, c’est facile, non ? Attendez ça se complique un peu, mais pas de panique, nous détaillons tout !

Etape 3 : Acheter les tokens

Enfin, on rentre dans le vif du sujet.

Ici, SAIFU nous présente les tokens acceptés pour acheter les SAIFU tokens : Bitcoin, Bitcoin Cash, Ether, Litecoin ou Dodgecoin. A noter que SAIFU accepte également les règlements en monnaie fiat (EUR). Attention car ce n’est pas toujours le cas ! Ethereum étant la blockchain la plus utilisée pour les ICOs, nous choisissons de vous guider pour un investissement en Ether (ETH)…

Acheter des Ethers

Si vous n’en avez pas encore, il est temps d’acheter des ETH via votre exchange favori (Coinbase, Changelly, Binance…).

Transférer vos ETH sur un wallet à clé privée

Ah oui, nous vous avions prévenu, ça se complique ! Pourquoi faut-il transférer les ETH sur un autre wallet ? Et sur quel wallet ? Patience, nous y venons…

Même si vous pouvez envoyer vos cryptomonnaies depuis votre site qui stocke vos crypto-monnaies, il est déconseillé de le faire. En effet, les sites de trading et d’achat ne vous donnent pas de clés privées. Pour ça, il vous faut un wallet dont vous détenez la clé privée (Cela signifie que vous êtes alors 100% propriétaire de vos crypto-monnaies). Plusieurs solutions existent, comme MyEtherWallet, Metamask…

 

Ces étapes peuvent être réalisées avant de s’inscrire à l’ICO, peut-être même que vous avez déjà tout ce qu’il faut pour vous lancer ? Si c’est le cas, ça tombe bien, on passe à l’étape suivante. Next !

Compléter les données pour valider l’inscription à l’ICO

Voilà, il est temps de revenir sur SAIFU, et de compléter votre profil avec :

– L’adresse de votre wallet,
Attention, vous devez communiquer l’adresse, JAMAIS votre clé privée !

Vos informations personnelles répondant à la réglementation sur la connaissance client, connue sous le terme KYC – Know your customer. Toutes les ICOs ne se conforment pas au KYC, tout simplement parce qu’elles ne sont pas (encore) encadrées. Cependant, de plus en plus d’ICOs exigent un minimum de données KYC afin de se prémunir d’accusation de blanchiment d’argent, par exemple. Ne vous étonnez donc pas qu’on vous demande plus que votre nom, prénom et adresse ! Votre pièce d’identité, un justificatif de domicile de moins de 3 mois, un selfie font partis des éléments de base du KYC.

à lire aussi :  [ICO] IAGON : plateforme décentralisée qui révolutionne le Cloud

Faîtes vos jeux !

Enfin, façon de parler bien sûr ! Le moment est maintenant venu de fixer le montant de votre investissement et de le valider. Vos tokens vous seront alors envoyés directement sur votre wallet de l’ICO. Plus tard, à une date communiquée par le site, vous pourrez alors les transférer sur votre porte-monnaie personnel.

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à attendre l’arrivée des jetons de l’ICO sur les plateformes de trading pour suivre l’évolution de son cours et peut-être les revendre avec une belle plus-value. En attendant, n’hésitez pas à partager ici vos expériences comme la première ICO que vous avez choisi de soutenir et pourquoi ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.