La Blockchain va disrupter le commerce de la musique et au-delà

La Blockchain va disrupter le commerce de la musique et au-delà

Apprendre & comprendre
28 janvier 2018 par CanardCoinCoin

En 2018, la Blockchain va créer une nouvelle vague de perturbations majeures dans la distribution de contenu multimédia. L’immuabilité et la nature « sans besoin de tiers de confiance » de la Blockchain signifient qu’elle peut être utilisée dans les cas où la tenue de dossiers et les données vérifiables sont essentielles, y compris les données sur les propriétaires des biens, comme la musique et les films. Une fois que vous avez vérifié la validité d’une immobilisation entrée dans la  » chaîne « , la continuité est assurée dès lors.

Tout pour la musique

Déjà, le potentiel des blockchains à perturbé la distribution des droits de contenu est en train de se concrétiser dans le secteur de la musique. Les services de streaming tels que Spotify et Deezer nécessitent une couche supplémentaire d’intermédiaires pour s’assurer que le processus de gestion des droits des artistes se déroule correctement. Par conséquent, les créateurs de contenu ont besoin de contrats différents dans chaque juridiction – souvent par le biais d’intermédiaires multiples – pour protéger leurs droits d’auteur et permettre la distribution de leur contenu.

… puis blockchain s’accorde en musique

Mais le fait de mettre du contenu sur une blockchain et d’avoir la connectivité pour les transactions peer-to-peer – via une crypto-monnaie comme Bitcoin ou un contrat intelligent comme Ethereum – permet une transparence et une automatisation totales de l’exécution, ainsi que des paiements directs aux titulaires de droits d’auteur. Avec tous ces éléments en place, de nouveaux acteurs tels que Musicoin et Revelator proposent d’utiliser la blockchain pour simplifier la gestion des droits numériques en contournant les intermédiaires habituels, permettant ainsi les micro-paiements des fans qui achètent la musique directement aux artistes.

à lire aussi :  Le jeton ERC-721, Non Fongible Token

L’un des premiers innovateurs dans ce domaine est la chanteuse et auteur-compositeur britannique Imogen Heap, lauréat d’un Grammy, qui en 2015 a utilisé la plateforme Ujo basée sur Ethereum pour lancer la chanson « Tiny Human » à 0,60 $ par téléchargement. Aujourd’hui, elle travaille sur sa propre offre basée sur la blockchain, Mycelia, une entreprise de musique équitable qui donne aux artistes plus de contrôle sur la façon dont leurs chansons et les données associées circulent entre les fans et les autres musiciens.

Encore récemment, Björk a mis sont nouvel album Utopia en vente avec Audiocoin, et Mariah Carey ainsi qu’un groupe d’artistes avec Monero.

Plus loin que la musique

Après l’industrie de la musique, la blockchain peut également avoir un impact sur l’industrie de l’information, en facilitant la gestion des droits des journalistes, en permettant aux auteurs anonymes de publier du contenu et d’être payés par les lecteurs, en sécurisant le micro-paiement de la publicité et, éventuellement, en facilitant un modèle de paiement à la lecture. Des blogueurs indépendants et des startups comme Civil, une plateforme de publication basée sur les blockchains, ont commencé à explorer cette voie. Une autre plateforme encore, Scorum, permettra de publier du contenu spécialisé dans le domaine du sport.

De telles initiatives perturberont le marché des intermédiaires de contenu, réduiront le prix pour les consommateurs et augmenteront les revenus des créateurs de contenu eux-mêmes.

En vitesse accélérée

Bien que la technologie Blockchain offre essentiellement une nouvelle forme de distribution, elle peut rapidement évoluer et devenir une source majeure perturbation dans les médias et le divertissement. Elle pourrait prendre de l’expansion au cours des prochains mois grâce à une croissance organique, qui serait tributaire d’un certain nombre de créateurs de contenu de grande envergure – des artistes comme Heap – qui opteraient pour la publication de contenu par l’intermédiaire de ce type de site pour stimuler l’acquisition, la demande et le profit. Cela pourrait se produire si plusieurs grands artistes décident de renoncer à leurs contrats actuels avec les grands labels et de passer à une solution basée sur des blockchains.

à lire aussi :  [Livre] Big Bang Blockchain - la seconde révolution d'internet

Alternativement, la révolution Blockchain pourrait être menée par les joueurs de streaming ou par les détaillants numériques eux-mêmes. Si des entreprises telles que Netflix, YouTube, Spotify, Amazon ou Alibaba choisissaient de transférer leurs plateformes de distribution de contenu sur des plateformes blockchains privées, elles mettraient la blockchain dans les mains d’un large éventail de générateurs et d’utilisateurs de contenu et, ce faisant, réduiraient considérablement le processus d’intermédiation complexe. Au départ, il pourrait s’agir simplement d’un paiement alternatif, mais il peut rapidement permettre un réalignement total dans le monde de la gestion des droits des artistes.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Traduit et amélioré : K. Burchadi et N. Harle

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X