Les contrats intelligents prennent le travail des avocats

Les contrats intelligents prennent le travail des avocats

Apprendre & comprendre
14 janvier 2018 par CanardCoinCoin

Après avoir lu comment un associé de l’un des plus grands et prestigieux cabinets d’avocats internationaux a été arrêté par un agent infiltré du Federal Bureau of Investigations (FBI) des États-Unis pour avoir tenté d’obtenir des Bitcoins dans le cadre d’une transaction frauduleuse d’une société de technologie de la Silicon Valley, il est probable que vous ne serez pas triste de voir des contrats intelligents commencer à reprendre certaines fonctions d’avocats. Vous pourriez même secrètement remercier pour cela le co-inventeur d’Ethereum, Vitalik Buterin.

« Ma vie est finie »… un avocat malhonnête

Un lobby de Hilton Garden Hill à Cupertino, CA a été transformé en scène de crime à 9 h 55 min 10 s, le 31 janvier 2017, alors qu’un homme criait « ma vie est finie » alors qu’il était menotté et arrêté par l’agent du FBI William Scanlon. L’homme arrêté utilisait un faux nom « Dan » et portait une perruque peu discrète pour masquer son identité. Malheureusement, sa couverture a été anéantie lorsque le Scanlon, qui travaillait à la division de la corruption publique du FBI, l’a identifié dans son rapport comme n’étant autre que Jeffrey Wertkin, un associé chez Akin Gump Strauss Hauer & Feld qui était un ancien procureur du ministère de la Justice des États-Unis.

Apparemment, Wertkin, alors qu’il travaillait encore au ministère de la Justice à Washington DC, a volé le dossier des plaintes de dénonciateurs déposées contre une entreprise de technologie de la Silicon Valley, qui étaient scellées. Pour donner un coup de pouce à la compagnie de technologie dans l’enquête en cours du gouvernement et pour faire obstruction à la justice, Wertkin a essayé de vendre ces plaintes de dénonciateurs scellées contre la compagnie de technologie, en échange de 310 bitcoins « introuvables » d’une valeur de 310 000 $, mais a été arrêté par le FBI.

Le rêve de Wertkin de devenir un Bitcoin millionnaire « indétectable » a été brisé le 29 novembre 2017 — quand Bitcoin valait 7 000 $ — et quand il a plaidé coupable à deux accusations d’entrave à la justice et à un chef d’accusation de transport de marchandises volées à travers les frontières de l’État. Les procureurs du ministère de la Justice ont demandé 30 à 37 mois de prison lorsqu’il fut condamné. Depuis, le cabinet d’avocats a licencié Wertkin.

à lire aussi :  Le futur est déjà là : les ressources humaines décentralisées

Blockchain pour remplacer les fonctions d’avocat

Il est à noter que les bitcoins sont mal adaptés aux transactions frauduleuses. Parce que les transactions Bitcoin sont suivies et rendues publiques à l’aide de la blockchain, un grand livre numérique distribué sur un réseau d’ordinateurs plutôt que sur un ou plusieurs serveurs. Les transactions effectuées sont enregistrées chronologiquement et publiquement. Il est presque impossible de modifier les enregistrements historiques d’une blockchain et, plus important encore, l’accès à la blockchain peut également être restreint.

Buterin explique :

« Toutes les transactions sous Blockchain viennent avec des traces vérifiables de preuves cryptographiques. Plutôt que de simplement espérer que les parties avec lesquelles nous interagissons se comportent honorablement, nous construisons des blockchains qui construisent intrinsèquement les propriétés du système, de telle sorte qu’elles continuent à fonctionner avec les garanties que nous attendons, même si beaucoup d’acteurs impliqués sont corrompus.« 

Rappel du fonctionnement :

Le principal élément novateur d’une blockchain dans l’écosystème commercial et économique actuel est sa capacité à éliminer la nécessité de faire confiance aux intermédiaires pour certifier une transaction. Cette fonctionnalité permet à la blockchain d’Ethereum d’être utilisée pour créer des contrats intelligents.

Les contrats intelligents sont des protocoles informatiques, ou des algorithmes, qui peuvent vérifier le processus de négociation ou l’exécution des contrats – dans la mesure où les relations juridiques peuvent être réduites à un code précis – où les clauses sont automatiquement appliquées une fois que les conditions préprogrammées sont remplies. Ce sont des instructions codées, qui s’exécutent lors de la survenance d’un événement.

« Les « contrats intelligents » – peuvent déplacer automatiquement les actifs numériques, y compris les « contrats » selon des règles arbitraires préétablies, simplement en écrivant cette logique dans quelques lignes de code « , a expliqué Buterin.

Les avocats se rendent compte que la technologie contractuelle intelligente constituera une force perturbatrice inéluctable pour la profession.

à lire aussi :  Par où commencer pour Blockchainiser les ressources humaines ?

Par exemple, le grand livre infalsifiable qu’est une blockchain avec l’inaltérabilité des données, associé à des contrats intelligents, pourrait aider les clients à créer un enregistrement immuable, horodaté et juridiquement défendable du moment où une marque commerciale ou un droit d’auteur est utilisé pour la première fois. Ainsi, si un client poursuit l’enregistrement de ladite marque, la preuve serait là pour tirer parti de l’option en leur faveur. La blockchain est le mécanisme parfait pour atteindre ces objectifs car les enregistrements dans un réseau blockchain sont par nature horodatés, sécurisés et évolutifs.

Exemple : droit et la photographie

Le 9 janvier 2018, Kodak, un fabricant d’appareils photo, a annoncé le lancement de sa crypto-monnaie KodakCoin utilisant la technologie blockchain, un registre numérique de droits de propriété pour les photographes permettant d’enregistrer à la fois de nouvelles œuvres et des archives qu’ils peuvent ensuite concéder sous licence dans la plate-forme visant à permettre la gestion des droits d’image pour les photographes. L’utilisation d’une blockchain pour l’enregistrement et le suivi des droits d’auteur fait sens, de sorte que le cours de l’action de la société a grimpé de 89 % lors de cette annonce.

« Avec KodakCoin, les photographes participants sont invités à faire partie d’une nouvelle économie de la photographie, à recevoir un paiement pour l’octroi de licences immédiatement après la vente de leurs œuvres et, pour les photographes professionnels et amateurs, à vendre leurs œuvres en toute confiance sur une plateforme sécurisée blockchain », a déclaré Kodak.

La crypto-monnaie « photo-centrée » de la société d’appareils photo est lancée dans une ICO à l’intention des investisseurs accrédités qui atteignent le seuil financier de 200 000 $ en revenu ou 1 million de dollars de valeur nette – provenant des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada et d’autres pays sélectionnés dans le cadre d’un partenariat de licence avec Wenn Digital. Ce projet impliquera également la création d’une plateforme de gestion des droits d’image utilisant une blockchain blockchain et appelée KodakOne.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Source Selva Ozelli
Photo Andry Popov/Shutterstock, Pixabay

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.