Facebook modifie ses plans pour le lancement du Libra

Facebook modifie ses plans pour le lancement du Libra

Actualités
11 mars 2020 par Victor

Le futur stablecoin de Facebook, Libra, fait l’objet d’une réticence générale et perd au fil du temps le soutien de ses alliés. Sur ce, le média social décide d’effectuer plusieurs révisions sur les points majeurs de son projet, afin de redorer son image auprès des autorités législatives et financières.

Facebook avance ses plans révisés aux législateurs

Si le Libra était conçu pour devenir une monnaie numérique ayant pour objectif de révolutionner l’économie mondiale, il ne serait au final qu’un simple stablecoin adossé à des monnaies fiduciaires.

En effet, le géant des médias sociaux revient sur sa décision et adoucit ses plans en vue d’apaiser les craintes des régulateurs, car il croit encore au lancement du projet et espère dans cette voie obtenir l’aval des législateurs.

Ainsi, Facebook effectue une refonte du projet Calibra, son portefeuille numérique, et réduit en même temps les fonctionnalités du stablecoin. Avec ces révisions, le géant des médias sociaux porte son courage à deux mains et prévoit de lancer Libra et Calibra au mois d’octobre de cette année.

Il faut encore convaincre les utilisateurs

Si, au début, Facebook voyait très grand en s’appuyant sur ses deux milliards d’utilisateurs disséminés à travers le monde pour adopter sa crypto-monnaie native, il a dû revoir à la baisse cette estimation. Qui plus est, le Libra reflétait l’espérance de créer une solution salvatrice pour contourner le système financier mondial.

Après le refus catégorique des législateurs lors de la présentation du projet, les responsables américains ont proposé l’alternative selon laquelle il faudrait d’autres crypto-monnaies déjà présentes sur le marché dans le portefeuille numérique Calibra.

à lire aussi :  David Marcus sur le Libra : "Vous n’aurez pas à faire confiance à Facebook"

Le but serait d’atténuer l’hégémonie tant redoutée de Libra, et de l’empêcher d’affaiblir la souveraineté des devises des banques centrales. Cette suggestion a fait l’unanimité auprès des autorités américaines et européennes.

Les législateurs allemands et français ont été fermes dans leur décision : ils n’autoriseront pas cet actif numérique sur le territoire européen. La Suisse fait figure d’exception, car elle dispose d’un cadre réglementaire qui est parfaitement conciliant avec le projet de Facebook.

Pensez-vous que les modifications que Facebook vient d’intégrer à son projet de crypto-monnaie vont enfin convaincre les législateurs ? Réagissez dans la section commentaire ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Sois le PREMIER à voter)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X