le Japon vit une pénurie de codeurs et ingénieurs spécialisés dans les crypto-monnaies

le Japon vit une pénurie de codeurs et ingénieurs spécialisés dans les crypto-monnaies

Actualités
10 avril 2018 par Océane

Selon Reuters, le Japon se heurte à des difficultés pour trouver le nombre de développeurs informatiques nécessaires et d’ingénieurs remplissant les postes de son industrie des crypto-monnaies en plein essor.

Le Japon a besoin de codeurs plus qualifiés

Coincheck, la bourse japonaise d’échange de crypto-monnaies victime d’un piratage massif de monnaies numériques, a perdu un total de 530 millions de dollars en tokens NEM. Coincheck a annoncé avoir manqué de personnel qualifié pour maintenir les protocoles de sécurité qu’elle avait établis. Toutefois, les critiques fusent en affirmant que Coincheck a coupé des fonds et détourné un trop grand budget vers les campagnes publicitaires.

Le marché japonais des crypto-monnaies connaît une demande croissante qui semble être beaucoup trop élevée pour que les codeurs et ingénieurs actuels puissent répondre aux besoins globaux.

Il y a 32 plateformes de monnaies numériques opérationnelles et au moins une centaine en attente d’enregistrement auprès de la FSA (Financial Services Agency) du Japon. La réglementation appliquée aux bourses s’est accrue depuis le piratage de Coincheck, ce qui intensifie le besoin de codeurs et ingénieurs qualifiés. Les connaissances en cyber-sécurité et en Blockchain sont devenues un atout majeur dans un pays qui bouscule l’embauche pour trouver les personnes à même de répondre à tous ces critères.

La pénurie de main-d’œuvre fait grimper la demande ainsi que les salaires

Les pratiques d’embauche devenant des plus compétitives, une augmentation globale des salaires de départ de l’industrie est en train de s’opérer sur le territoire japonais. Pascal Hideki Hamonic, le directeur de la société de Descartes Research, le chasseur de têtes se spécialisant dans l’industrie et la technologie Blockchain a été cité par Reuters. Il aurait commenté le déficit du personnel qualifié en affirmant : « l’offre de travail ne peut pas répondre à la demande. »

Par rapport à l’année dernière, les salaires ont augmenté de 20 à 30 %. Le salaire de base d’un développeur informatique atteint 100 000 $ dès le premier mois de son embauche. Mark Pink, un recruteur de l’industrie a annoncé :

Ces bourses spécialisés dans les crypto-monnaies sont à la recherche de personnes capables de faire preuve de créativité, de proactivité et de professionnalisme pour créer l’architecture, et non seulement effectuer des tâches basiques.

D’autres pays commencent également à ressentir le besoin de personnel plus qualifié. La fièvre des crypto-monnaies gagne un tel nombre de pays que l’industrie ressent la misère des connaissances de son personnel.

à lire aussi :  Le gourou de la crypto-monnaie, Ronnie Moas, pense que le prix du Bitcoin atteindra 400 000 $

A titre d’exemple, Hong Kong envisage un développement non-négligeable de la technologie des secteurs bancaires et d’assurance. Cependant, le pays compte un nombre limité d’individus éligibles pour permettre cette ambition. Ailleurs, en Inde une hausse de 290 % des embauches liées aux crypto-monnaies a été constaté.

Le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont un environnement prospère pour la recherche. Leur système d’éducation universitaire dispose des qualifications nécessaires pour former des ingénieurs à la pointe des dernières innovations technologiques. Les pays de cette catégorie n’éprouvent pas ce manquement dans l’immédiat.

La culture japonaise du travail est très rigide en ce qui concerne la relation qui lie les entreprises à leurs employés. Jonathan Underwood, le doyen de la Blockchain Daigakko a déclaré :

La majorité des japonais qui appréhendent la Blockchain et la crypto-monnaie travaillent déjà pour des entreprises comme des emplois à vie, et n’ont jamais envisagé de changer d’emplois.

« Tant que cette attitude peu ouverte aux opportunités d’embauche n’évolue pas, la carence de main-d’œuvre continuera, » ont affirmé les recruteurs interviewés par Reuters.

Peut-être serait-il temps de blockchainiser les ressources humaines ?

Que pensez-vous du manque évident de codeurs et ingénieurs qualifiés dans l’industrie japonaise des crypto-monnaies ? Quelle conséquence aura cela sur les échanges de crypto-monnaies locales ? Réagissez dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

[Campagne de correction] quand vous trouvez une faute d’orthographe, grammaire et syntaxe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. (5 rapports d’erreur par tranche de 5 minutes max)

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :