Le Hard Fork du Monero engendre 4 nouvelles crypto-monnaies « basées sur Monero »

Le Hard Fork du Monero engendre 4 nouvelles crypto-monnaies « basées sur Monero »

Actualités Crypto-monnaie
11 avril 2018 par Victor

Pendant que certains utilisateurs continuent à utiliser la Blockchain pré-hard fork du Monero, d’autres projets existent en parallèle, à savoir : le Monero Classic (XMC), le Monero 0 (XMZ), le Monero Original (XMO) et un autre projet baptisé Monero Classic (XMC), (appelé Monero-Classic tout au long de cet article – avec un tiret « -« ).

Ci-après l’histoire de hard fork de la Blockchain du Monero ainsi que ces quatre projets le maintenant en vie.

Le hard fork

Un hard fork du Monero semble déclenché tous les six mois. Le dernier fork a introduit de nombreuses fonctionnalités supplémentaires, lui donnant certains avantages. Il permet notamment des transactions beaucoup plus privées et importantes, des transactions multi-signatures et la prise en charge du matériel initial de Ledger Nano S, etc.

Quant au dernier hard fork, il a lancé un tweak au sein de l’algorithme de hachage des preuves de travail (POW) CryptoNigh de la crypto-monnaie. Ce changement rend inutiles les mineurs de type ASIC.

Les développeurs du Monero et sa communauté se sont concertés pour convenir du changement. A l’origine de cette action, il y a eu certains risques encourus à cause du minage ASIC. Toutefois, Bitmain, Halong Mining et Pinldea n’ont pas apprécié ce consensus. Ils ont récemment annoncé le développement de nouvelles machines ASIC pour l’algorithme de hachage CryptoNight – un matériel devenu sans valeur une fois le hardfork du Monero activé.

Dernièrement, quatre projets se sont portés volontaires pour utiliser le protocole Monero pré-hard fork.

Hard Fork du Monero
Le « fork » est une fourche du logiciel. Comme le montre bien cette image

Le Monero Classic (XMC)

La première version du Monero, le Monero Classic, a été initié par un groupe s’identifiant comme des amateurs de la crypto-monnaie de Singapour. Quelques personnalités importantes ont soutenu le projet dont le représentant Bento Tan.

à lire aussi :  Commment une blockchain peut être bénéfique aux musiciens

Bento a ainsi annoncé à l’époque :

« La capacité à faire des choix favorise la concurrence et stimule la croissance. Nous devons regarder les choses à ce niveau. Le contrôle unilatéral est une mort suffocante parce que vous supprimez le besoin de vous améliorer et d’innover. »

Il considère que cette dynamique de marché saine est confirmée par le fait que trois fabricants différents ont créé des ASIC.

Sur le site internet du Monero Classic, nous pouvons lire :

Le message principal du Monero Classic est que nous croyons que les développeurs qui modifient la preuve de travail (POW), créent plus de centralisation et nuisent à la décentralisation. » […] « Les développeurs du Monero disent qu’ils peuvent et vont changer les règles du consensus selon leur convenance, la communauté semble être conditionnée à suivre les souhaits des développeurs.

Le Monero Classic se distingue des autres nouveaux projets du Monero, précise Tan, il n’a nullement l’intention de collaborer avec eux.

Le Monero-Classic (XMC)

Celui qui se situe derrière le Monero-Classic s’identifie comme « PZ, un ancien évangéliste du Bitcoin et un éco constructeur Blockchain, » selon ce site.

Contrairement au Monero Classic, PZ a souligné : « l’émergence de machines minières spécialisées pour une crypto-monnaie est un phénomène normal d’économie de marché. » En outre, « s’il existe des machines minières professionnelles, les attaques malveillantes à l’encontre du Monero pourraient être évitées. »

Le Monero 0 (XMZ)

Le groupe de développeurs du Monero 0 s’identifie comme des « utilisateurs concernés » et des « maximistes avérés. »

Sur le site du projet Monero 0 on peut lire :

Nous avons décidé que la stratégie du projet Monero consistant à continuellement forger un fork n’est plus une stratégie stable ou saine. Nous croyons que la preuve de travail de Satoshi est le seul mécanisme de consensus décentralisé. Les soi-disant mises à niveau du réseau qui sont mandatées de manière centrale par le projet Monero représentent un cheval de Troie conçu pour compromettre le Monero. Le Monero 0 n’est pas un fork ; c’est le Monero Original.

Le Monero est « un projet NVDA, » et « la preuve du fork n’est pas une méthode consensuelle. » Bitmain « essaie de détruire le Monero, » a expliqué le porte-parole du Monero 0.

à lire aussi :  État du Bitcoin en 2015

Le Monero Original (XMO)

Le Monero Original laisse le mystère opérer autour de lui. Aucune information sur ses développeurs n’a pu parvenir aux médias.

Sur le GitHub du projet on peut lire :

Le Monero a toujours parlé de la liberté de choix, de la diversité et de la forte communauté derrière elle. Nous offrons aux fans du Monero la possibilité de soutenir la crypto-monnaie emblématique et de rester sur la chaîne d’origine. L’équipe du Monero Original est synonyme de diversité, qui est un marqueur logique de l’évolution. Nous sommes ravis de voir notre crypto-monnaie préférée mûrir, et nous sommes encore plus heureux de conserver cette diversité.

Que pensez-vous des quatre nouveaux projets du Monero ? Avez-vous une préférence entre les alternatives se basant sur le même réseau ? Réagissez dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

via

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X