Le piratage d’une crypto-bourse sud-coréenne ferait plonger le cours du Bitcoin ?

Le piratage d’une crypto-bourse sud-coréenne ferait plonger le cours du Bitcoin ?

Actualités
11 juin 2018 par Victor

Le marché des crypto-monnaies a été fortement secoué par le piratage d’une plateforme sud-coréenne d’échange de crypto-monnaies. Le Bitcoin est à la peine. Son prix qui suivait déjà une tendance baissière, a brutalement chuté et le marché global des monnaies numériques a perdu 42 milliards de dollars en quelques heures.

Le Bitcoin est en chute libre depuis le piratage de Coinrail

Le Bitcoin traverse une période extrêmement difficile, son prix a dévissé. Après deux semaines d’accalmie, son cours baisse de 6.57% sur les 24 dernières heures selon les données de Coinmarketcap. Retombant brièvement sous les 7 000 $ au moment de la publication de ce rapport, c’est la plus importante baisse depuis mi-mars. Le prix de la première crypto-monnaie a d’ailleurs chuté de 50 % depuis le début de l’année.

La forte tendance baissière est probablement due au piratage de Coinrail, une crypto-bourse sud-coréenne. Le Bitcoin n’est pas la seule monnaie virtuelle affectée par ce piratage de grande envergure. Les 10 principales crypto-monnaies sont dans le rouge avec des pourcentages de perte à deux chiffres pour certaines. L’EOS a perdu 16,37 % de sa valeur, le TRON le suit de près avec une perte de 11,23 % sur une période de 24 h. Quant au Bitcoin Cash, il est dans le rouge enregistrant une baisse de 9,51 % ces 24 dernières heures.

Un piratage ou une manipulation des prix ?

Le montant exact détourné par les cybercriminels n’a pas été rapporté pour l’instant. Afin de débusquer les malfaiteurs, la plateforme travaille de concert avec les autorités ainsi que d’autres homologues.

Un communiqué a été publié par l’entreprise sur son site internet affirmant qu’elle a pris les mesures nécessaires pour geler toutes les crypto-monnaies affectées. Les avoirs en monnaies virtuelles de l’entreprise sont également en sécurité dans des porte-monnaies froids (cold wallet).

« Les deux tiers des crypto-monnaies ont été gelés suite à une consultation de chaque service d’échange connexe. Le tiers restant des crypto-monnaies subit une investigation » a déclaré la plateforme d’échange sud-coréenne.

Bien que Coinrail prenne en charge plus de 50 crypto-monnaies, sa structure reste modeste par rapport à d’autres services d’échange de monnaies numériques – comme Binance, OKEx et Coinbase. Elle est à la 97ème position dans le classement des crypto-bourses en termes de volume de transaction.

à lire aussi :  Tremblement de terre chez Bittrex, blackcoin et litecoin

Ce type de vol constitue l’une des menaces les plus persistantes pour la stabilité des crypto-monnaies. Mais il est peu probable qu’un tel incident puisse déclencher une baisse massive des prix.

Des rapports de mai 2018 ont suggéré que le ministère de la Justice américaine et la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) ont collaboré conjointement afin d’enquêter sur les activités suspectes de manipulation des prix au sein du marché du Bitcoin. Suite à cela, le gouvernement des États-Unis a demandé à quatre grandes crypto-bourses de fournir des informations complètes sur leurs opérations.

Que pensez-vous des chutes de prix impressionnantes suite au piratage de Coinrail ? Pensez-vous qu’il s’agit d’une manipulation des prix ou d’une conséquence de la grande volatilité des prix au sein du marché des crypto-monnaies ? Dites-nous dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, avmoyenne 3,00 sur 5)
Loading...

[Campagne de correction] quand vous trouvez une faute d’orthographe, grammaire et syntaxe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. (5 rapports d’erreur par tranche de 5 minutes max)

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :