Les îles Marshall lancent leur crypto-monnaie


Bien que le Bitcoin soit légal aux États-Unis, au Japon et en Corée du Sud, il n’a pas encore été approuvé exhaustivement dans d’autres pays. Si l’expansion du Bitcoin à travers le monde aboutit, les échanges de biens et de services seront cautionnés. C’est une initiative audacieuse prise par le gouvernement des Îles Marshall, en se servant de sa crypto-monnaie officielle appelée Sovereign (SOV).

Une crypto-monnaie en tant que monnaie nationale souveraine

Joseph Yong (@iamjosephyoung) a publié sur Twitter :

Beaucoup de gens ne semblent pas comprendre la différence entre le cours légal et la monnaie légale. Le Bitcoin est une monnaie légale au Japon, en Corée du Sud et aux Philippines, il est permis de l’utiliser comme monnaie.

D’après le ministre assistant du président et du ministre de l’environnement de la République des Îles Marshall, à partir du troisième trimestre de 2018, le Sovereign (SOV) aura une vente de jetons. Le nombre de jetons en circulation est limité à 24 millions.

Le gouvernement ne compte pas mettre fin à la monnaie fiduciaire, dans les années à venir. Le Sovereign (SOV) complètera le dollar américain, la seule monnaie autorisée du pays, depuis 1982.

Bien que les décideurs et les régulateurs du monde entier se préoccupent de l’utilisation abusive des crypto-monnaies au profit de l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le SOV est délibérément conçu pour être inutilisable à ces fins.

Ben-Ezer

Le ministre David Paul a ajouté que le SOV agira comme une monnaie ordinaire aux Îles Marshall. Cela effacera les doutes des entreprises et des particuliers.

Cela crée une sécurité juridique pour son utilisation, car toutes les juridictions ont des lois mises en place pour faire face à la monnaie légale, alors que les crypto-monnaies privées sont traitées différemment, selon les juridictions. Il était clair que le marché avait énormément besoin d’un système de Blockchain non anonyme. Ce dernier ne peut que fonctionner dans un environnement réglementé.

Neema, une société de technologie financière israélienne, est à l’origine du SOV. Le PDG Ben-Ezer a initialement proposé l’idée d’une crypto-monnaie à la nation insulaire. L’entreprise met tout en œuvre pour faciliter la gestion des avoirs et leurs transferts.

à lire aussi :  Le Zimbabwe interdit les activités liées aux crypto-monnaies

Ben-Ezer aspire à prouver au monde que les crypto-monnaies sont des alternatives fiables, dans une économie de marché. Il s’attend à un impact mondial et cela pourrait déclencher une réaction en chaîne sur la manière dont les crypto-monnaies sont perçues et réglementées.

Faire appel à une Initial Coin Offering

Conformément aux méthodes KYC utilisées par les bourses, les personnes souhaitant acheter des tokens SOV au cours de l’Initial Coin Offering (ICO), sont tenues se de prémunir d’une pièce d’identité du gouvernement et un marqueur biométrique, afin que chaque porte-monnaie soit associé à un token d’identité. Le SOV sera bientôt disponible à l’achat auprès des sites échanges.

Que pensez-vous de la crypto-monnaie lancée par les Îles Marshall ? Faites-nous part de votre opinion dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...
Continuez la discussion :
Aimez la page Facebook, et adhérez au groupe Facebook. Suivez notre compte Twitter.
[Campagne de correction et d'amélioration] Lorsque vous trouvez une erreur d'orthographe, de grammaire, faute de frappe, ou une information à corriger/préciser merci de : 1. sélectionner le texte. 2. appuyer sur "CTRL + Entrée".
Une fenêtre de dialogue vous invite alors à proposer une correction.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X