La FSA japonaise se prépare à imposer de nouvelles sanctions à 5 crypto-bourses


La Financial Services Agency (FSA) du Japon s’apprête une fois de plus à sanctionner cinq crypto-bourses pour des manquements réglementaires majeurs .

Le régulateur exige le respect des règles

« Les services d’échange de monnaies numériques BitFlyer, Quoine, BitBank, BITPoint Japan et BtcBox disposent d’un système de gestion interne inapproprié », souligne le régulateur japonais. « Les mesures de prévention contre le blanchiment d’argent sont insatisfaisantes », ajoute la FSA.

Selon les données de Coinmarketcap, BitFlyer, Quoine et Bitbank figurent parmi les plus importantes crypto-bourses du pays et du monde entier. Elles occupent respectivement la 27ème, 18ème et 20ème place dans le classement des entreprises de monnaies virtuelles par volume de transaction.

Lorsque le média Cointegraph a tenté de contacter ces 5 plateformes de crypto-monnaies leur informant sur les récents événements, les réponses sont restées vagues.

BITPoint a annoncé qu’il n’y existait « aucun fait à l’heure actuelle. » BitFlyer estime qu’il « n’est pas en mesure de commenter sur le sujet. » Bitbank et Quoine ont déclaré ne pas pouvoir répondre. Quant à BtcBox, il se sentait  » tout simplement pas concerné   de la situation. »

C’est la troisième fois en un an que la FSA se voit obligée d’intervenir auprès des crypto-bourses basées au Japon. Il semble que cette nouvelle initiative soit liée aux dernières inspections sur terrain effectuées par l’autorité de régulation en février 2018. La moitié des plateformes d’échange sur le territoire japonais ont fait l’objet d’une enquête poussée pendant cette période.

Une répercussion du plus grand piratage informatique au sein de l’industrie des crypto-monnaies

Le régulateur japonais a entamé ses enquêtes approfondies suite au piratage de la crypto-bourse japonaise Coincheck. 532 millions de dollars en NEM ont été dérobés en janvier 2018, entraînant la panique générale dans la communauté du Bitcoin et des altcoins.

La FSA est devenue nettement plus stricte quant au respect de la réglementation. Les investigations sur terrain se sont multipliées avec l’émission de plusieurs avis d’amélioration. En outre, certaines plateformes de crypto-monnaies ont dû fermer leurs services.

Depuis avril 2017, tous les services d’échange de monnaies numériques doivent s’enregistrer auprès de la FSA afin de fonctionner librement dans le pays. La demande de licence d’une crypto-bourse a été refusée par le régulateur pour la première fois en début juin. L’autorité a expliqué que l’entreprise – qui a déjà réceptionné deux avis d’améliorations – ne pouvait pas vérifier l’identité de ses clients en cas de transactions suspectes.

Que pensez-vous des avis d’améliorations apparemment incessantes de la FSA japonaise ? La politique stricte du régulateur est-elle favorable pour l’industrie ? Faites-nous part de votre avis dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Sois le PREMIER à voter)
Loading...
Continuez la discussion :
Aimez la page Facebook, et adhérez au groupe Facebook. Suivez notre compte Twitter.
à lire aussi :  La Suisse "devrait devenir la Crypto-Nation" déclare le ministre
[Campagne de correction et d'amélioration] Lorsque vous trouvez une erreur d'orthographe, de grammaire, faute de frappe, ou une information à corriger/préciser merci de : 1. sélectionner le texte. 2. appuyer sur "CTRL + Entrée".
Une fenêtre de dialogue vous invite alors à proposer une correction.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X