Japon : la FSA renforce la réglementation régissant les crypto-monnaies

Japon : la FSA renforce la réglementation régissant les crypto-monnaies

Actualités
9 mai 2018 par Victor

La Financial Services Agency (FSA) japonaise a émis de nouvelles dispositions réglementaires appliquées aux échanges de crypto-monnaies du pays. Des lignes directives plus strictes vont être introduites selon les sources médiatiques locales.

Un nouveau paradigme pour les réglementations des plateformes d’échanges de crypto-monnaies

Suite au plus grand crypto-hack dont Coincheck a été prise pour victime, une crypto-bourse basée au Japon, le régulateur a intensifié ses efforts pour prévenir toute forme de piratage. Toutes les dispositions nécessaires ont été prises afin d’empêcher qu’un tel crime ne se reproduise. Pour rappel, un total de 532 millions de dollars en NEM a été dérobé en janvier et les répercussions se font ressentir au sein de toute l’industrie du pays.

Une source anonyme de la FSA a révélé à Nikkei Asian Review que l’identification des risques potentiels constitue un défi de taille relevé par le régulateur. « Sans le savoir-faire nécessaire, nous avons emprunté notre chemin dans l’obscurité sur la façon dont nous aurions dû vérifier ces différents aspects, » a suggéré la source.

régulation des bourses de crypto-monnaie au Japon

Une approche plus pratique des crypto-monnaies

Les mesures de protection des investisseurs seraient une priorité pour le nouveau cadre. Un examen détaillé des documents d’enregistrement soumis par les plateformes d’échanges est prévu par la FSA. Elle tente de réformer les systèmes de gestion interne des échanges.

Selon la FSA, les échanges amélioreront la surveillance des comptes clients plusieurs fois par jour. En cas de fluctuations inhabituelles ou suspectes, il faudra gérer les actifs des clients en aparté et stocker les fonds en crypto-monnaies au travers des systèmes offline.

Des mesures plus strictes sur la prévention du blanchiment d’argent (AML) exigeront des vérifications ciblées comme la vérification de l’identité et l’utilisation de plusieurs mots de passe pour les transferts de sommes importantes.

à lire aussi :  Alibaba fait progresser la plateforme anti-fraude alimentaire en utilisant la technologie Blockchain

Les altcoins axés sur la protection de la vie privée et l’anonymat sont interdits. Le Dash (DASH) et le Monero (XMR) sont bannis sur les bourses enregistrées au sein du gouvernement japonais.

Nikkei ajoute que la FSA enverra ses inspecteurs sur le terrain afin de vérifier la conformité des bourses avec le nouveau cadre de régulation.

Le récent cadre compte cinq points bien distincts que le « chien de garde » (Watchdog) s’évertue à appliquer. Il entrera en vigueur dès que la FSA commencera à accepter les demandes d’enregistrement.

Une organisation d’autorégulation destinée aux échanges japonais de crypto-monnaies a été créée le mois dernier pour que les opérateurs locaux se soutiennent mutuellement face aux pressions croissantes de la FSA.

Les nouvelles mesures réglementaires de la FSA aideront-elles à empêcher les piratages de grande envergure au Japon? Les autres pays devront-ils prendre exemple sur le régulateur japonais en ce qui concerne les crypto-monnaies ? Dites-nous dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X