+550 pages/250 comptes supprimés, Facebook censure avant les élections américaines

+550 pages/250 comptes supprimés, Facebook censure avant les élections américaines

Actualités
15 octobre 2018 par Océane

Cela a fait pratiquement le buzz aux États-Unis : le plus populaire des réseaux sociaux centralisé annonce qu’il vient de supprimer 251 comptes et fermer 559 pages pour non-respect de ses règlements. À l’approche des élections de mi-mandat aux États-Unis, Facebook ne veut plus être accusé d’influencer un scrutin -(ironiquement cette censure aura tendance à l’influencer).

Non-respect des lois qui régissent Facebook

Pour éviter de s’attirer les foudres de la juridiction américaine sur la liberté d’expression et d’entamer de longs débats en ce qui est condamnable ou ne l’est pas, Facebook a pris soin de ne nettoyer que ceux qui enfreignaient ses règles.

Entre les 550 pages et 250 comptes ciblés, « beaucoup utilisaient de faux comptes ou des comptes multiples avec les mêmes noms et affichaient des quantités massives de contenu sur un réseau de groupes et de pages pour générer du trafic vers leurs sites Web », décrit Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité de la société, et Oscar Rodriguez, chef de produit Facebook.

Ces acteurs présentaient leurs informations comme les plus pertinentes (en gonflant leur nombre de vues ou de « likes ») alors qu’elles ne l’étaient pas réellement, ce qui induisait intentionnellement les gens en erreur.

Ne plus être accusé d’influencer les votes

Soupçonné d’avoir propagé de fausses informations en 2016, durant la campagne présidentielle américaine, le réseau social ne veut plus être l’outil des acteurs qui propagent des contenus de nature politique.

Facebook n’a pas nommé dans son blog les pages et les comptes qu’il a supprimés, mais plusieurs médias ont rapporté qu’ils incluaient des groupes de part et d’autre des partis politiques aux USA, ce qui prouve en fin de compte que la société tient réellement à ne plus être associée à cet univers en général et qu’elle ne fait pas dans le favoritisme.

à lire aussi :  Polémique sur le premier distributeur de crypto-monnaies en Inde !

Parmi les pages actuellement inaccessibles sur Facebook figurent : Dean James III% », « Reverb Press » de la gauche, « Right Wing News », « Snowflakes » et « Nation in Distress » de l’extrême droite. Par rapport à cette dernière, il semblerait qu’elle ait, selon eux :

  • Poussé une conspiration à partir de sites de fausses informations
  • Fait resurgir une vieille conspiration de Clinton
  • Republié de la propagande russe

Cet été, Facebook avait déjà supprimé 32 comptes de sa plateforme , ainsi que de son application Instagram. Twitter avait fait de même pour une cinquantaine de comptes, accusés de désinformation.

Un abus de centralisation

Organe centralisé, Facebook a le droit de vie ou de mort des pages et groupes que le réseau héberge. Suite à cette purge, une entreprise a déjà annoncé devoir mettre des employés au chômage technique.

Durant la campagne électorale particulièrement agressive, les conservateurs et les démocrates s’accusaient mutuellement de diffusion de Fake News. Sur 200 médias US, 196 avaient clairement soutenu la candidate Clinton.

Du côté des projets utilisant une Blockchain, l’extension TrustedNews pour le navigateur Chrome tente de remédier à la diffusion de fausses informations.

Que pensez-vous de Facebook supprimant une telle quantité de comptes et de pages au risque de limiter la circulation des informations ? Réagissez dans la section des commentaires ci-dessous !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X