Bitfunder : un opérateur écope de 14 mois d’emprisonnement pour avoir menti à la SEC

Bitfunder : un opérateur écope de 14 mois d’emprisonnement pour avoir menti à la SEC

Actualités
16 juillet 2019 par Océane

Jon Montroll, un opérateur de Bitfunder, a écopé de 14 mois d’emprisonnement ferme et 3 ans de liberté conditionnelle pour fraude en valeurs mobilières et entrave à la justice.

Une peine de prison pour fraude et entrave à la justice

Le juge Richard M. Berman du tribunal de district Sud de New York vient de juger Jon Montroll, un ancien opérateur de WeExchange et Bitfunder.com. Selon l’affaire pénale, il est coupable de fraude en valeurs mobilières et d’entrave à la justice.

Par ailleurs, Montroll sera placé dans les locaux de l’établissement pénitentiaire fédéral de Texarkana au Texas. Bien que son avocat ait plaidé en faveur d’une peine probatoire, le gouvernement a décidé d’en faire un exemple avec une peine plus lourde allant de 27 à 33 mois de prison.

Le coupable aurait trompé des investisseurs sous le pseudonyme Ukyo.Loan. Il a commencé à travailler dans les deux services interconnectés WeExchange et Bitfunder.com en 2012 puis s’est enrichi sous le dos de ses victimes.

En outre, Montroll aurait utilisé les fonds des investisseurs de la plateforme de trading de crypto-monnaies pour ses dépenses personnelles. Il s’est servi dans les porte-monnaies numériques de WeExchange d’après le rapport d’enquête.

Dissimulation d’un piratage de 2013

L’escroc aurait évoqué « une sorte d’investissement indirect » dans BitFunder et WeExchange.

« C’est un prêt personnel », selon ses dires.

En parallèle, il a tenté de masquer les pertes de la crypto-bourse suite à un piratage de juillet-août 2013.

Aucun utilisateur n’a été informé de l’incident. Montroll a transféré plusieurs bitcoins dans le système WeExchange afin de compenser les pertes.

à lire aussi :  Coinbase : Earn s’ouvre à 100 pays

Avant de plaider coupable pour fraude, Montroll a affirmé avoir découvert une faille dans le code de Bitfunder.

Il s’est même attribué la protection de la plateforme contre le piratage en question au cours de sa discussion avec la Securities and Exchange Commission (SEC). L’opérateur aurait détecté et arrêté les actes frauduleux dès les premières heures de hack avant d’avouer le succès du vol de plusieurs crypto-monnaies.

Montroll a été jugé coupable de parjure et entrave à la justice le 20 février 2018.

Que pensez-vous de l’affaire Montroll ? Dites-nous dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Sois le PREMIER à voter)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X