Bitcoin et investissement, une histoire de philosophie

Bitcoin et investissement, une histoire de philosophie

Actualités Apprendre & comprendre
1 août 2018 par Victor

Bien que le Bitcoin soit une référence en termes de crypto-actif et rassemble les investisseurs et les opportunistes, aujourd’hui très peu connaissent sa vraie vertu, son objet et ne savent l’utiliser. Jeffrey Wernick, investisseur dans Uber et Airbnb, interrogé sur la question dans une interview à Business Insider, exprime sa position.

La fausse réalité qui anime la crypto-communauté autour du Bitcoin

Le Bitcoin apporte la richesse, c’est ce que la crypto-communauté pense actuellement, et il est difficile de leur proposer une autre conception. Jeffrey, un investisseur de longue date le reconnaît et sait de quoi il parle, puisque sa principale attraction tourne autour des projets en voie de développement et les startups prometteuses. Malgré ses nombreuses expériences en termes d’investissement, il convient d’affirmer que le célèbre Bitcoin est mal interprété par la communauté.

Dans l’interview, le personnage explique comment les utilisateurs de la crypto-monnaie prévisualisent le Bitcoin à tort. Selon lui :

« Ils mettent dans un même panier le concept de la Blockchain et le Bitcoin en ignorant le cadre philosophique initial qui les a poussés à l’adopter. »

Dans cette annonce, il cherche à réorienter la façon de voir des investisseurs, en considérant le Bitcoin comme un magasin de valeur, non comme un simple moyen de paiement et de rentabilisation par côte.

Bitcoin, la nouvelle économie

Jeffrey Wernick

Loin d’être une alternative pour les opportunistes, le Bitcoin joue le rôle du futur dollar. Jeffrey ira même jusqu’à le qualifier « d’argent populaire ». Chacun doit regarder cette monnaie d’un œil plus méticuleux, plus ouvert car les perspectives ne se limitent pas à un rendement de pourcentage après quelques années d’investissements.

Jeffrey préconise une vision moins personnelle et moins avare autour de l’inflation de la monnaie et de son marché (bien que le Bitcoin partait de 2 à 2000 dollars en seulement 5 ans). A cet effet, il invite les investisseurs à utiliser cette crypto-monnaie comme une véritable monnaie fiduciaire, sans se soucier de sa future valeur.

à lire aussi :  Un chercheur décrie la mauvaise connaissance du potentiel du Bitcoin

Pour lui, les avantages du Bitcoin sont proéminents. Cet argent populaire permet d’excéder la frontière du capitalisme fourbe et complexe instaurée par les systèmes bancaires depuis des décennies. La monnaie « ne peut pas être contrefaite, parce que nous connaissons les règles sous lesquelles elle est créée. » Selon ces dires, il voit dans cet argent le futur de l’économie libéralisée, transparente et égalitaire.

Oublier les investissements

Vu la hausse du prix du Bitcoin depuis 2009, il est difficile de détourner les esprits de l’apport de la crypto-monnaie en termes d’intérêt. Jeffrey figure également parmi ces grands investisseurs, d’autant plus que sa capacité à percevoir le potentiel d’un projet est très aiguë. Cependant, il tente aujourd’hui de dissuader les cryptonautes de partir sur cette base, car les investisseurs actuels sont ignorants du « cadre philosophique » qui a incité les pionniers à participer au projet.

Le trading du Bitcoin est pour lui une petite partie du potentiel, qui ne doit être utilisé par la masse populaire.

Jeffrey Wernick n’apprécie pas l’idée d’utiliser le Bitcoin comme une valeur de spéculation, stockée pendant des années en attendant 5 ou 6 ans avant de le revendre. Pour lui, chacun doit faire tourner les monnaies et exploiter ses vertus au jour le jour, comme dans la vraie vie pour échanger ou transférer des fonds.

La décentralisation, la force du Bitcoin

L’argent contrôlé par son propriétaire, dans un environnement où il est impossible de le voler, de le falsifier et de lui tirer des taxes… voilà le pouvoir procuré par le Bitcoin et sa Blockchain. Jeffrey avance cette thèse comme base incontournable du système qui a mené la monnaie virtuelle vers la réussite actuelle.

Il apporte une explication sur le rôle de la décentralisation dans un système économique moderne tout en se référant aux autres modèles . Par rapport à ses expériences, le Bitcoin n’est qu’un témoin de ses expériences. Uber, ou AirBnb constituent des terrains d’investissement que Jeffrey a déjà côtoyés, et dont la principale politique tournait autour de la décentralisation. Uber proposait des services contrôlés par les propriétaires de voitures et la note offerte par la clientèle (son nom désignait uniquement l’univers de l’activité), tandis qu’AirBnb n’était pas propriétaire des maisons. Dans ce même contexte, le Bitcoin n’est pas une banque centrale, mais sert d’écosystème en recevant les ordres de ses utilisateurs puisque tout le monde est responsable de ses activités et de ses avoirs.

à lire aussi :  Bill Clinton : "les possibilités offertes par la Blockchain sont incommensurables"

Le problème rencontré avec les banques centrales relève de leurs irresponsabilités. Jeffrey souligne ce fait comme inacceptable, puisque leur service gère et impose des frais alors qu’une faille ou une pratique frauduleuse perpétrée ne peut être incriminée, sans mentionner la politique gouvernementale qui use de ce pouvoir pour ses intérêts personnels.

En résumé, Jeffrey Wernick fait preuve de rationalité sur l’avenir prometteur du Bitcoin, où il espère une exploitation plus légitime de la part des futurs utilisateurs, tout en prônant les qualités de la décentralisation monétaire.

Que pensez-vous de l’analyse prometteuse de Jeffrey Wernick sur le Bitcoin ? Réagissez dans la section des commentaires ci-dessous

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

[Campagne de correction] quand vous trouvez une faute d’orthographe, grammaire et syntaxe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. (5 rapports d’erreur par tranche de 5 minutes max)

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :