On n’y croit pas du tout ! Zuckerburg de Facebook aime blockchain ?

On n’y croit pas du tout ! Zuckerburg de Facebook aime blockchain ?

Actualités
5 janvier 2018 par CanardCoinCoin

Plusieurs articles de la presse blockchain viennent de relayer que Marc Zuckerberg s’intéresse aux crypto-monnaies et donc, indirectement, à la technologie blockchain… Facebook vraiment ?

« Il y a d’importantes contre-tendances – comme le cryptage et la crypto-monnaie – qui prennent le pouvoir sur les systèmes centralisés et le remettent entre les mains des gens… Je suis intéressé à aller plus en profondeur et à étudier les aspects positifs et négatifs de ces technologies, et la meilleure façon de les utiliser dans nos services ». (coindesk)

Un media de censure

En 2015, la France était le pays qui a censuré le plus de contenu sur Facebook. Et nous pensons que ces chiffres sont en augmentation et ne tiennent pas compte du « shadow ban » : quand un contenu n’est pas effacé ni bloqué mais que sa diffusion est volontairement limitée par le média.

En France la notion de liberté d’expression est très différente de celle en vigueur aux USA. Ainsi, des messages destinés à dénoncer le terrorisme ont été régulièrement supprimés afin de « ne pas propager la haine ». Un comble ! Même un député s’est vu convoqué chez le juge pour un tweet qui dénonçait les actes terroristes du Bataclan. (un tweet avec photo choquante).

Ainsi, au nom d’un prétendu « droit à la sensibilité des lecteurs », en France nous pouvons avoir une liberté d’expression censurée.

En France les campagnes de contrôle des fakes news ressemblent de plus en plus à un media de censure. Cette semaine, le président de la république E. Macron a même annoncé souhaiter une loi contre les fakes news. Mais qui ? Qui va juger ce qu’est une fake news ?

Les internautes de twitter ont de suite moqué cette déclaration en créant le hashtag #InventeDesFakesNews

Censure ou pas censure

Un media du GAFA (Google Amazon Facebook Apple) qui s’intéresse à la blockchain ne le fera probablement pas sous l’angle de la liberté de l’utilisateur. Déjà, Google est un média très orienté notamment dans des campagnes vidéo sur Youtube, et doit – avec ou sans son approbation – régulièrement déréférencer du contenu sur son moteur de recherche.

à lire aussi :  La Chine veut normaliser sa blockchain

Les vrais médias blockchain

Bref, Facebook et la blockchain ne sera probablement qu’une histoire technologique en interne ou d’argent en externe. Money, Money. La nouvelle fonctionnalité de son application permettant de payer vos amis est déjà disponible en euro. Il y a donc fort à parier que cette affaire de déclaration de Zuckerberg ne soit qu’un appel du pied pour bientôt faire une publicité à grande échelle de ce service de paiement qui n’utilise pas – pas encore ? – les crypto-monnaies.

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Pourtant, certains médias sont déjà sur blockchain. Ce sont des initiatives récentes qui peuvent, par exemple, libérer les créateurs de contenu comme en Chine. Les publications sont inscrites dans une blockchain et donc impossibles à effacer. Oui, la liberté d’expression se trouve ici.

On peut déjà citer Steemit déjà en ligne, ou plus tard Socialx pour les images, et Flixxo pour les videos.

Quant aux moteurs de recherche décentralisés Bitclave et PreSearch seront bientôt dans la partie.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

 

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.