[Vidéo] Encore un « expert » qui parle de « B*t cogne » cette fois ci. Décryptage

[Vidéo] Encore un « expert » qui parle de « B*t cogne » cette fois ci. Décryptage

Actualités Media Vidéo
1 novembre 2017 par CanardCoinCoin

Avant de commencer. Non monsieur l’expert de l’argent et monsieur le présentateur ! Non, on ne prononce pas « B*t Cogne » ! Ah, ce petit défaut de prononciation que l’on fait parfois au détour d’une phrase, puis pas dans l’autre est courant.

Notez que c’est surtout le présentateur qui fait cette malheureuse prononciation.

Cela dit, attaquer des opinions ou l’intervieweur en pointant du doigt l’orthographe ou la prononciation parfois malheureuse n’est pas fair play. Nous n’en aurons pas besoin. Lis là suite…

Intitulé « Pourquoi l’envolée du Bitcoin témoigne de l’agonie du système monétaire mondial » la discussion semble plutôt destinée à décrédibiliser bitcoin et consorts.

Dans cette vidéo, où un expert de l’argent se borne à vouloir comprendre bitcoin à travers sa grille de lecture d’un banquier, nous y découvrons amateurisme certain sur l’écosystème blockchain. Se borner à comparer Bitcoin à de l’argent étatique est toujours une grave erreur. Comparer le marché des crypto-monnaies avec celui de l’or l’est encore plus. Voyons cela.

Evidemment, nous ne remettons pas en cause les compétences de O. Delamarche dans son domaine, mais nous pensons chez CanardCoinCoin qu’il est biaisé de comparer l’écosystème blockchain avec celui du marché boursier, la banque, etc. En effet, cette révolution technologique n’a t’elle pas pour ambition de s’élever au dessus de cette vision matérialiste et mercantile ?

Il existe des points communs comparables, mais la blockchain est au dessus de ce petit nuage. Les amateurs diront To The Moon. (jusqu’à la Lune – au sens positif).

Des entreprises font des millions en travaillant dans le secteur du DATA (ici, de la donnée numérique), et plus globalement, internet est lui même le DATA ultime. Vos informations personnelles circulent tous les jours à travers Facebook, les téléphones et la position GPS du chat de la voisine. C’est de l’immatériel. Mais ça compte. L’apogée démocratique de la circulation de la donnée est bien évidemment le peer-to-peer, un réseau inarrêtable. Et la blockchain est la version perfectionnée du peer-to-peer appliqué à la circulation de valeur équivalente monétaire (échange d’argent) mais pas que…et plus exactement, dans son essence, la blockchain est éligible au patrimoine mondial de l’humanité. Parmi la liste des critères pour y entrer, nous retenons 3 :

  • Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain ;
  • Témoigner d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l’architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages ;
  • offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine ;

Bitcoin est une démonstration presque prototypale de l’utilisation d’une blockchain. Ensuite, Ethereum est comme une version beta de la meilleure application technologique de la blockchain à travers ses contrats intelligents qui peuvent bouleverser nos modes de vie. Les centaines de crypto-monnaies ayant vu le jour en 2017 portent un espoir immense dans les possibilités encore effleurées de l’utilisation de ce réseau peer-to-peer qui garde les informations à jamais et les transmet de façon unique, décentralisée, et sécurisée en un clin d’œil à l’autre bout du monde.

Alors, oui, devant les centaines d’entreprises ayant un projet basé d’abord sur blockchain, et oui devant les entreprises traditionnelles il y a des années de lectures et d’expérience nécessaires pour comprendre ces secteurs d’activités. CanardCoinCoin n’a pas toutes les réponses, et commettra des erreurs d’appréciation. Que veux tu, nous sommes crypto-enthousiastes.

Mais CanardCoinCoin a une opinion. C’est la notre, à nous tous les crypto-enthousiastes. Nous ne la partageons pas avec tout le monde. Nous la partageons avec toi

CanardCoinCoin répond, dans l’ordre de la vidéo. En « titre » le présentateur, en gras et/ou entre guillemets O.Delamarche.

Finalement, le Bitcoin n ‘est pas une monnaie transactionnelle ? commence t-il

« Non on ne peut pas acheter son pain avec » dit-il

En théorie si ! on peut. Dans la pratique en tout cas en France, l’impossibilité n’est liée qu’au manque cruel de terminaux de paiement. Sachez qu’au Japon, pays où l’innovation technologique arrive en premier et où la technologie se répand partout, il y est opéré un déploiement de 260 000 commerces où acheter un objet du quotidien en crypto-monnaie sera possible. Peut-être peut on imaginer que le frein français est causé par des obligations administratives insoutenables, en partie par l’état et les banques.

De plus, les ATM (distributeurs automatiques) de crypto-monnaie se répandent beaucoup mieux dans des pays comme les USA, le Canada, et plutôt bien dans d’autres parties de l’Europe mais mieux dans l’Europe de l’est. Et il est facile de remarquer que les entreprises innovantes qui ont lancé des ICOs (collecte de fond pour lancer une nouvelle crypto-monnaie, souvent sous la forme d’un token) ont souvent une présence en Europe de l’Est ou y ont des ramifications. Symbole d’une nouvelle jeunesse ambitieuse, coincée entre deux continents, qui s’active en ayant un regard droit porté sur l’avenir ?

à lire aussi :  Investir 1000 $ dans Bitcoin ou dans un costume ?

Loin, très loin de notre génération française Y alimentée par la télé-réalité, les émissions débiles à la télévision, et où la réussite sociale se borne à pouvoir se prendre en selfie avec un téléphone à 800€ et regarder le nombre de Like facebook. Notre génération n’a aucune revenge à prendre, si ce n’est de rivaliser avec sa voisine pour obtenir le plus grand nombre d’abonné sur Snapchat.

Encore une fois fois, la vieille Europe, regarde à l’est en Asie où un paquet de riz s’achète en bitcoin, et à l’ouest où l’Oncle Sam nous asservit avec son géant GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Mais, eux – particulièrement l’Asie – pense t-ils que cette révolution est un mauvais choix ? Oui, brisons le développement de l’innovation technologique et continuons à faire augmenter le chômage. Nous retournerons bientôt au Napoléon d’or pour acheter notre baguette.

Le jour où l’Union Européenne commencera, dira t-elle, à favoriser la technologie blockchain elle le fera en commençant par la taxer. Oui, prédire la Taxe Blockchain est une prophétie.

Enfin, pour rejoindre cette élan technologique il faut une volonté politique, une volonté médiatique, et se relever les manches. Mais surtout relever la tête. Et crier à tue-tête que Bitcoin c’est crier « pas besoin de banque, pas besoin d’Etat« . Oh, paysans ! cette idée même ne doit pas germer dans l’esprit du peuple.

« et puis c’est difficile de faire des transactions un peu plus sérieuse » dit-il

Il suffit de 10 minutes, même le dimanche pour transférer un équivalent de 1 millions d’euro en Bitcoin entre utilisateurs qui peuvent habiter à l’autre bout de la planete.

Toutefois, O. Delamarche explique qu’il existe un problème lié à la volatilité du prix du bitcoin. Grotesque ! (et en partie résolu pour stocker  sur du long terme en équivalent USD grâce à USD Tether– mais controversé) Alors, expliquons comment est payé un boulanger qui accepte le paiement en Bitcoin :

  1. le boulanger montre le QR Code
  2. le client scanne le QR code
  3. le boulanger peut choisir
    1. ou bien de garder ce bitcoin (d’oû l’explication du problème de volatilité)
    2. ou bien d’obtenir la somme équivalente en Euro

Bitcoin est un système qui transmet une valeur. Et ça marche très bien.

Cette technologie ne remplacera jamais l’argent étatique. Elle n’en a pas l’ambition. C’est juste un plan B au cas où, demain l’état veut vous bloquer votre argent à la banque.

« la monnaie n’est pas une réserve de patrimoine » dit-il

La, il veut nous faire peur. Nous pensons qu’il est raisonnable aujourd’hui de dire, à un ami par exemple, « si t’as une part de ton capital à placer dans un investissement à risque, bah utilise la crypto-monnaie. »

Si tu es un crypto-enthousiaste, tu pourras mettre toutes tes économie comme l’a fait une famille néerlandaise. Irraisonnable oui. Mais ceci n’a pas grand chose à voir avec la crypto-monnaie. La stratégie d’investissement est une affaire de tous les jours. Soyez près de votre patrimoine.

« La monnaie est un problème de confiance » dit-il

Dans sa tentative de dévaloriser bitcoin et sa technologie blockchain, il se tire une balle dans le pied. Le Bitcoin c’est la confiance sans tiers de confiance, sans banquier. Sans cet homme du milieu qui pourrait t’empêcher de retirer de l’argent des banques comme on l’a vu lors de la crise grecque, ou bien lors de la crise en Chypre (ayant à l’époque participé à l’envolé du Bitcoin grâce aux épargnant qui y ont déplacé leurs capitaux)

« hors la confiance est quelque chose qui est binaire »

…mon dieu, il continue. Il fait référence à un concept binaire afin de décrédibiliser ce qui est l’essence même de la technologie informatique le 0 et le 1.
« la confiance vous l’avez ou vous l’avez pas »

Et bien, la blockchain c’est la confiance, Monsieur.

« Quelle est l’utilité de ces crypto-monnaies ? » demande t-il

Il répond maladroitement qu’il n’y aura que 21 millions de bitcoin…et donc pas d’inflation, pas de planche à billet. Il  est piégé.

Il fait une pirouette, en disant « aujourd’hui vous avez 800 crypto-monnaies ».

Oui ! Tout à fait. 800 (même plus) projets de crypto-monnaie qui ont des propriétés différentes (hyper anonyme, smart contract, etc). Bref… 800 nouvelles monnaies ?

Il fait l’erreur de penser que toutes les crypto-monnaies se valent… technologiquement c’est faux.

Pour l’analogie : une voiture de tourisme ne vaut pas moto.

Chaque véhicule  a des usages et possibilités différents.

« ..en plus le caractère non imprimable prend un coup dans l’aile avec ces 800 crypto-monnaies ».

C’est un faut problème car il existe des crypto-monnaies dont le nombre de coin en circulation n’est pas limité. Il répond donc sur un faux sujet.

« Mais à quoi ça sert au quotidien encore une fois le Bitcoin »

Il explique, sans enthousiasme, que les gens utilisent le bitcoin pour remplacer le placement « or ». Et oui. Ça a du sens évidemment. Car dans une crise si tout le monde allait à la banque retirer son or,…on le sait, le banque refuserait de servir tout le monde. Il y a donc zéro confiance aux banque. A ce compte là, il semble donc préférable de se tourner vers une valeur sans banque. Pas vrai?

à lire aussi :  La Banque centrale des Caraïbes lance sa crypto-monnaie

« C’est marrant de voir qu’une crypto-monnaie se cote dans une devise »

Il dit en bégayant (signe de l’embarras intellectuel)… et détourne le sujet sur l’anonymat.

« La caractéristique, au départ, ce qui a fait ce succès est 1. la limite, et 2. l’absence de de traçage  » (monnaie perçue comme anonyme – en vérité Bitcoin est pseudonyme, mais c’est un autre sujet)

Et c’est tout !? C’est mentir par omission. CanardCoinCoin rajoute un numéro 3 : l’absence des banques lors des transactions. C’est pourtant le point important. Sans doute un oublie…hein ? 😉

« Si vous voulez miner vos bitcoins avec des cartes graphiques, etc » dit-il. Cette phrase passe crème ! Doit on lui apprendre qu’aujourd’hui ce n’est plus le cas, le bitcoin ne se mine plus avec des cartes graphiques. D’autres monnaies oui. Bref, le sujet du minage est le terrain de (semi-)professionnels ou d’amateurs des nouvelles technologies. C’est un aspect technique de la blockchain qui n’est pas utile d’aborder ici.

« Le Bitcoin est le nouveau trouillomètre ? » s’interroge le présentateur

Il avoue : « vous savez qu’il y a 300 onces d’or papier pour 1 once d’or véritable, et donc les gens sont plutôt allés sur le bitcoin »

Il s’aperçoit de son erreur.

*hausse la voix » et enchaîne illico par un « maintenant » puis « il ne faut pas dire que le crypto-monnaie est totalement nulle »…..pardon ? Il n’a en rien démontré cela…mais persiste à vouloir communiquer le message suivant. Petite explication en psychologie :

« Je ne veux pas comparer Bob à un dictateur, mais Bob a une politique très ferme sur le sujet de [sujet] »

Cette façon de communiquer permet de se dédouaner d’avoir comparé une personne à « une chose négative », tout en semant cette graine dans l’esprit de l’auditoire.

Alors… qu’en pensez vous ?

Il explique ensuite que la technologie « blockchain est intéressante »… Nous sommes heureux qu’il prononce bien ce mot « block chaîne ». Et en plus il a raison.

« des etats pourraient faire une crypto-monnaie basée sur et convertible en or » (la patte du banquier matérialiste) « et à ce moment là vous crashez toutes les monnaies »

Nous avons donc demandé l’avis d’un expert. Dans cette vidéo, Jimmy est en train de lire le Livre Blanc (white paper), soit le document qui décrit ce projet en détail.

Jimmy répond

C’est réinventer la roue. C’est émettre un titre de possession d’or avec un contrat blockchain. Il existe des crypto-monnaies agissant, en tout cas au moins en partie, comme cela. Rien de révolutionnaire, mais l’idée est intéressante. Mais de là à aller crasher les autres crypto-monnaies… Jimmy a déjà répondu.

Et puis même, si une crypto-monnaie garantie un montant équivalent en or… qui va garder cet or ? La banque bien sûr ! Et le jour où tous les détenteurs viennent récupérer leur or…. même problème. Retour case départ.

Puis il se retrouve très embêté à devoir dire que l’inflation du dollars fait que les gens perdent confiance en la monnaie fiat. Dont le yen.

« Le bitcoin peut valoir zéro si demain les états décrètent que c’est interdit »

réponse : « oui , les états peuvent faire tout ce qu’ils veulent en matière de monnaie »….(il parle de la monnaie ayant cours légal euro, dollars, etc) bah justement mon coco !

Les gens seront donc prêt à acheter plus de bitcoin et plus cher ? probablement ou pas. Impossible de deviner. Mais ce serait une catastrophe stratégique car ce serait la marque de la volonté officielle de mettre en berne les innovations technologiques. Interdire le bitcoin c’est interdire internet.

Et pour finir, sa dernière phrase est

« savoir qu’à tout moment ça peut valoir zéro« . Tremblez pauvres gens.

CanardCoinCoin conclut

Il n’est pas bon de comparer la crypto-monnaie à l’argent fiat en l’accusant de vouloir ou pouvoir remplacer cette dernière. Elle n’est qu’une solution complémentaire dont les propriétés sont révolutionnaires.

Et si vous pensez que l’Euro peut aujourd’hui être utilisé partout en France vous vous trompez. En liquide oui…mais pas en dessus d’un certain montant. En CB oui, mais à partir d’un certain montant (souvent 10-15€) car les banques se gavent en frais poussant alors les commerçants à fixer un minimum. Et quant aux chèques… nous avons vu ces dernières années un nombre croissant de magasin les refusant.

Ironie, le chèque est un accord écrit entre deux parties et signé sur la base d’une confiance mutuelle. Confiance qui n’est plus.

Ah, et autre chose !

N’oubliez pas, si votre banquier vous fait acheter du bitcoin et que votre banquier ne vous donne pas la clé privée de votre porte-monnaie : c’est alors lui qui possède vos Bitcoins. Pas vous. Et pourra donc les immobiliser en cas de crise économique.

Jimmy aime les commentaires ⬇️

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

5 commentaires

  • Laurent

    je vous adore et je vous suis mais sur un point il me faut ici commettre quelques digressions ! pardonnez moi d’avance pour mes propos décalés autant que subversifs ! O.Delamarche annonce depuis des lustres la banqueroute liée à l’injonction monétaire des banques centrales qui tripatouillent les bilans en gonflant M1, puis M2 et M3*, ce qui n’est pas activer la planche à billets au réel sens du terme mais produit le même résultat ! pour réponse, il invoque de miser sur un actif tangible depuis la nuit des temps qui est l’or ! relique barbare si il en est, comme se prêter à le dire en son temps « Alan Greenspan » patron de la Fed qui nous servit sur un plateau, la crise des subprimes. Je comprends dès lors que le patron du fond d’investissement « Platinum » soit frileux de jouer la partition des « Geeks », lui qui a du balbutier dans son jeune âge sur une console Atari et ne pas maîtriser toutes les subtilités de la blockchain ! je suis encore beaucoup plus vieux que O.Delamarche mais je serai curieux de savoir si l’essor des cryptomonnaies va pouvoir inverser un point immuable de la cl*n*q* s***logique qui se traduit par un é****lateur rapide sur deux avec troubles associés de la fonction é**ct*le passé 50 ans où seul V*g*a semble lui être le seul actif tangible pour remédier non à la banqueroute mais à la déroute de la b**oute, sic. Vous me faîtes délicatement sourire avec une infrastructure dédiée chez le boulanger pour régler sa baguette via un paiement zcash ou ethereum alors que le sujet ne vit qu’à travers un ona**sm* précaire sa position de mâle ou mal, c’est selon votre convenance ! pour rappel baguette se dit v**g* en latin ! il nous faut donc ici fou**t*r les savoirs ancestraux pour interroger le progrès d’un monde numérique qui paraît-il devrait être source de bonheur pour le monde de demain, pour ma part je vis dans les rizières où il n’y a pas de boulanger et encore moins de paiement virtuel à l’horizon, avec une once d’or, je m’offre des tonnes de riz, le monde occidental ne peuplant que un petit milliard de la planète….
    *Masse monétaire

    • D’abord, votre écriture est absolument remarquable. Evidemment, je suis certain que vous avez exprimé là vos idées et toutes les nuances.
      J’aurais souhaité laisser le commentaire tel quel, et malheureusement je suis contraint par des raisons techniques de devoir censurer une partie des mots, même ceux pouvant être indirectement liés au s**e

      • Laurent

        je comprends aisément cette petite censure car le monde d’aujourd’hui est codifié comme en informatique d’ailleurs par une rigueur du code qui peu ou prou nous amène tous à ânonner un ensemble de lieux communs où le correct est devenu la mise obligatoire. En 1968, j’eusse fait mieux de rester coucher que de risquer ma vie sur les barricades. Sortie de ce constat, il me fait un grand plaisir de vous lire pour à mon tour pouvoir décrypter un monde qui m’est totalement inconnu n’étant ni développeur ni sujet à des épisodes cryptomaniaques. Nonobstant mes tentatives assidues de configurer claymore pour miner autre chose que du charbon, je n’ai pas encore réussi à ce jour à démarrer correctement le logiciel erreur 0xc000007b qui m’oblige à rester à la porte de l’édifice des cryptomonnaies, ce qui limite ma curiosité de compréhension même si je passe des heures à trouver des solutions sur les forums. C’est ici où le bas blesse car si un support n’est réservé qu’aux seuls initiés, il peut atteindre des prix stratosphériques que le grand public ne peut lire autrement qu’à travers un mouvement purement spéculatif ! à quand la démocratisation pour tous de la blockchain ?

  • HUARD

    Bonjour,
    Je suis d’accord avec vous pour dire qu’ils racontent n’importe quoi et sont dans la pure idéologie et la désinformation.

    Après il faut voir que vous êtes sur la chaine télé d’une banque donc déjà un premier indice: la banque claque du fessier et cherche à convaincre ses clients de ne pas partir de chez eux. D’autant que c’est une banque en ligne donc plutôt avec une clientèle de technophiles ayant un profil trés « a risque de partir » sur le BITCOIN qui est un concurrent plus qu’inquietant pour eux.

    Donc j’ai envie de dire ça ne fait que démontrer leur impuissance à lutter donc pas besoin de s’énerver d’autant que leur audience est faible.

    Attention à votre discours qui semble diamétralement opposé et qui semble emprunter des raccourcis qui finalement sans aller autant dans la mauvaise foi pourraient être comparés au niveau du raisonnement (utilisation de biais de confirmation)

    – Dire que la Blockchain va supprimer les intermédiaires est faux, c’est une légende qui s’est révélée être irréalisable qui est prouvée un peu plus tous les jours.
    Pour échanger du BITCOIN il vous faut une plateforme d’échange, pour payer également un application, pour toute activité liée il vous faudra un intermédiaire. (voir le TEDX de Claire Balva par exemple) donc attention aux raccourcis utopiques.
    – Par ailleurs, il possible que l’avenir de la Blockchain soit la Blockchain privée qui se développe de plus en plus donc là aussi soyons prudents.

    C’est bien d’être enthousiaste, je le suis moi-même mais si on veut servir notre cause on se doit d’être aussi réaliste.

    Après je ne releve même pas le discours de ces 2 guignols car ils sont ridicules. (avec l’autre arborant un sourire sardonique  » ha y a des points, des jetons c’est ça? »)

    • On est plutôt sur la même longueur d’onde.
      Je précise ou corrige :
      -La blockchain supprime Des intermédiaires. Pas tous. Par contre, plus particulièrement, il existe ds plateformes d’échange de bitcoin qui fonctionnent sans intermédiaire. Ce sont les plateformes dites « décentralisées ». Elles sont encore peu nombreuses et peu populaires, mais ça existe et nous suivons ça attentivement. Ce qui n’enlève pas le besoin d’un intermédiaire lors du premier achat de crypto-monnaie (sauf si elle est reçue pour récompense de minage)
      Disons le autrement, dans la pratique « grand public » oui il faut un intermédiaire. Mais ce n’est pass nécessaire, quand on s’oriente vers des solutions encore, disons encore comme ça, à l’état d’oeuf ou poussin ^_^ (ce qui n’empêche pas de les faire bien fonctionner)
      -Il est possible que l’avenir soit dans l’open source et public. Vous voyez, on ne peut trancher. C’est donc une opinion.

      La vrai question est, mais qu’allons nous faire des guignols ?

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X