Le système électoral brésilien utilisera la blockchain Ethereum

Au fur et à mesure que la technologie derrière les blockchains se développe et évolue, sa popularité augmentera et de plus en plus d’organismes gouvernementaux et privés s’y tourneront pour élaborer des solutions numériques. Le dernier pays à adopter la blockchain est le Brésil où les législateurs font pression pour que les pétitions populaires soient envoyées au réseau Ethereum.

Les pétitions populaires (projeto de lei de iniciativa popular) sont un élément important du processus politique au Brésil. Ce processus permet aux responsables gouvernementaux de recueillir et de vérifier les signatures de 145 millions d’électeurs inscrits. Ils permettent également au public de faire entendre ses opinions sur des questions sociales et politiques pressantes. Cependant, l’étendue géographique et la taille de la population en font un cauchemar logistique pour les législateurs.

Le principal problème des systèmes archaïques sur papier est que les électeurs sont physiquement tenus de signer les documents, ce qui rend difficile la vérification de l’authenticité. En outre, le système est souvent considéré comme préjudiciable au processus démocratique du pays, car les pétitions populaires sont rarement entendues ou suivies par le Congrès.

Et blockchain arriva au Brésil

La devise du Brésil : « Ordem e progresso » soit « Ordre et progrès »

Une solution  blockchain rend ces données immuables et invulnérables à toute manipulation. Les signatures de pétition apposées sur la blockchain permettraient aux fonctionnaires de vérifier si le vote a été correctement consigné dans une pétition spécifique. Les traiter sur Ethereum en utilisant un contrat intelligent fonctionnerait comme les autres applications décentralisées actuellement sur le réseau. En effet, le Brésil aurait son propre jeton numérique indépendant pour son système électoral.

 

Henrique Costa, professeur de droit à l’Universidade de Brasilia, a déclaré que l’absence d’un tel système a été un problème dans le passé :

Cela est en partie dû à l’absence d’une plate-forme qui puisse recueillir en toute sécurité les signatures d’1 % des électeurs. Nous avons traversé une sorte de crise concernant la légitimité… de nos lois. Bien que l’initiative populaire existe bel et bien, il n’existe aucun moyen sûr de recueillir les signatures des gens pour qu’ils puissent proposer des projets de loi eux-mêmes. »

et compatible smartphone

Le gouvernement brésilien est actuellement en train de développer une application mobile utilisant par Ethereum pour donner aux citoyens la possibilité d’enregistrer leurs coordonnées en ligne et de soumettre une pétition ou d’en signer une. L’application suivra le nombre de votes pour chaque pétition via le contrat intelligent. Les signatures chiffrées sont ensuite hachées et ajoutées à la blockchain Ethereum afin que les Brésiliens puissent vérifier que leur vote et leur signature sont bien là.

à lire aussi :  Maria Carey célèbre Noël avec la crypto-monnaie Monero

Ce geste a déjà été présenté comme une célébration de la démocratie.

💬 Et vous, pensez vous qu’une telle démarche puisse apporter davantage de démocratie dans tous les pays ? 

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Sources : newsbtc

[Campagne de correction] Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, grammaire et syntaxe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant surCtrl + Entrée s’il vous plaît.

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

Sois le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
X
X

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :