En Sierra Leone, la technologie Blockchain s’invite aux élections présidentielles

En Sierra Leone, la technologie Blockchain s’invite aux élections présidentielles

Actualités
12 mars 2018 par Clémentine

La nation africaine semble être encline à adopter la technologie Blockchain. En Sierra Leone, l’élection présidentielle s’est déroulée sous Blockchain.

Recourir à la technologie Blockchain dans le scrutin présidentiel

Agora est une start-up Blockchain, basée en Suisse. Elle a travaillé de concert avec les bureaux de vote en Sierra Leone. 400 000 bulletins de vote ont été saisis manuellement dans le système blockchain d’Agora par une équipe de 280 observateurs accrédités.

16 candidats se sont présentés à l’élection. Agora, qui a été accréditée par le Comité national des élections (NEC) de la Sierra Leone, n’a pas compté tous les bulletins de vote, uniquement ceux déposés dans le district le plus peuplé du pays. Bien qu’il soit probable qu’un second scrutin sera nécessaire, l’entreprise a déclaré qu’elle prévoyait de rendre les résultats audibles dans un format public.

Les circonstances laissent à désirer pour l’instant. La portée du travail d’Agora est limitée. Jason Lukasiewicz, le chef de l’exploitation de l’entreprise a déclaré :

Vous voyez un pays dont vous n’espériez probablement pas être le premier à utiliser des technologies de vote transparentes. Les électeurs remplissent leurs bulletins de vote sur papier, ensuite notre équipe et des observateurs impartiaux les enregistrent dans la blockchain.

Toutefois, le manque d’infrastructure pourrait être positif dans la mesure où l’introduction d’une technologie émergente telle que la Blockchain serait facilitée. Elle se répand bien plus rapidement au sein du continent africain. Ce n’est pas la première fois que la blockchain est utilisée dans cette région du monde.

Leonardo Gammar, le PDG d’Agora a déclaré :

« Ce sont les résultats finaux d’Agora dans la région de l’Ouest. » Il a ajouté : « Le NEC va avoir ses propres résultats et d’autres observateurs auront également leurs propres résultats. » Cette mesure était nécessaire car les puristes de la blockchain publique peuvent avoir des difficultés à se fier à Agora.

Néanmoins, les futures élections devraient utiliser toute la technologie de l’entreprise. Le processus de vérification serait simplifié grâce à l’utilisation de la Blockchain publique dans l’intégration.

à lire aussi :  L’UE organise une session de questions/réponses sur la technologie Blockchain

Par ailleurs, le recours à la Blockchain met en lumière les difficultés du public et du gouvernement à faire confiance à la légitimité des élections en Sierra Leone.

Un pas de géant dans l’adoption du grand registre distribué

Grammar a souligné qu’en fermant les possibilités de fraude et en élargissant les zones suivies par un logiciel Blockchain vérifiable, l’incertitude supplémentaire sur un nombre quelconque d’élections pourrait être supprimée. Il a ajouté : « S’ils aiment son fonctionnement, s’ils sont satisfaits de tout, ils l’élargiront la prochaine fois, et au fil du temps ils nous soutiendront. « 

La Blockchain permet de stocker en toute sécurité des informations clés telles que la date. En outre, il est impossible de modifier les résultats qui ont été téléchargés. La démocratie est protégée contre les éventuelles activités frauduleuses.

Samura Kamara, de All People’s Congress a gagné le premier tour de l’élection avec 12 points d’avance selon l’échantillon d’Agora. Compte tenu des facteurs de complication, la publication des résultats du NEC pourrait être retardée.

Pensez-vous que la technologie Blockchain pourrait renforcer la confiance des électeurs et la légitimité des élections en Afrique et à travers le monde ? Faites-nous part de votre avis dans la section des commentaires.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.