La Sierra Leone et l’ONU pourvoient des services financiers aux personnes non bancarisées

La Sierra Leone et l’ONU pourvoient des services financiers aux personnes non bancarisées

Actualités
3 octobre 2018 par Océane

La Sierra Leone, un pays d’Afrique de l’Ouest, s’est associée à deux organismes des Nations Unies (le FENU et le PNUD) et à un organisme à but non lucratif spécialisé dans la technologie ( Kiva) pour créer un système national d’identification numérique basée sur la Blockchain. Ce système servira à aider les quelque 80 % de Sierra-Léonais non bancarisés à prouver leur identité et leur solvabilité.

Le Protocole Kiva

Le président de la Sierra Leone, Julius Maada Bio, a signé un protocole d’accord avec l’organisation à but non lucratif Kiva, le Fonds d’équipement des Nations Unies (FENU) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) afin de moderniser le Bureau de référence en matière de crédit du pays. L’initiative tend justement à fournir des services de crédit, bancaires et de contrôle d’identité aux millions de citoyens qui n’ont pu jouir de tout cela jusqu’à présent, selon un communiqué de presse du 27 septembre.

Baptisé Protocole Kiva, le système d’identification numérique sera mis en place sur la plateforme Blockchain de l’organisation à but non lucratif sous forme de portefeuilles numériques délivrés aux Sierra-Léonais. Ils peuvent accéder à leur wallet (portefeuille) par le biais d’une application mobile sur leur téléphone, ou par l’intermédiaire d’un agent de micro-finance opérant dans leur collectivité.( Ces derniers ne pourront manipuler le matériel en question qu’avec la permission du propriétaire.)

Par ailleurs, les utilisateurs pourront saisir leurs incidents liés aux Crédits (par exemple lorsqu’ils contractent ou remboursent un prêt ou qu’ils bénéficient d’un crédit accordé par un vendeur local). Ce qui permettra de vérifier facilement leur solvabilité au moment opportun.

à lire aussi :  Ripple envisage la sortie internationale de xRapid dans les mois à venir

Transformer le paysage financier de la Sierra Leone mais pas que

La Sierra Leone a été choisie parce qu’elle n’a qu’une seule agence d’évaluation de crédit qui couvre près de 2 000 personnes – moins de 1 % de la population du pays -. Cependant, plus de la majorité de la population (soit 80%) mériterait tout autant de disposer de ces prestations.

Le protocole Kiva englobera un large éventail de transactions financières – des prêts bancaires au crédit auprès d’un commerçant local – pour aider le maximum d’individu à accéder aux services financiers, y compris les prêts aux entreprises, les prêts étudiants ou encore ceux liés aux services médicaux de base.

« Si quelqu’un souhaite demander un prêt auprès d’une banque nationale, il peut accorder à celle-ci un accès unique à son porte-monnaie numérique afin qu’elle puisse vérifier ses antécédents en matière de crédit ». Le système est également très peu coûteux à exploiter, ce qui élimine le type de frais qui pourraient empêcher les gens ou les institutions d’utiliser d’autres rapports de solvabilité, peut –on lire sur le site Web de Kiva.

« Grâce à cette mise en œuvre, la Sierra Leone s’apprête à construire l’un des bureaux de crédit les plus avancés et les plus sûrs du monde « , a déclaré Xavier Michon, Secrétaire exécutif adjoint du FENU.

Elle pourrait servir de modèle pour les pays en développement et les pays développés à l’avenir et a le potentiel de changer radicalement le paysage de l’inclusion financière.

Que pensez-vous de l’initiative de la Sierra Leone et de l’ONU à fournir des services financiers aux citoyens non bancarisés ? Partagez votre avis dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Sois le PREMIER à voter)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X