Projet DLT : Le consortium R3 des banques italiennes passe la première phase avec succès

Projet DLT : Le consortium R3 des banques italiennes passe la première phase avec succès

Actualités
8 octobre 2018 par Antoine

Au début du second semestre, le projet interbancaire de Blockchain R3, mettant en relation de nombreuses banques italiennes a été lancé au mois de juin pour expérimenter une première phase de test. Cette étape visant à implémenter le système de la DLT (Distributed Ledger Technology) pour vérifier le comportement des services de transaction et leur exécution (temps de transaction, nombre d’erreurs), a été une réussite pour l’ensemble du consortium. Le projet migrera maintenant dans la seconde phase où il s’essaiera aux transactions quotidiennes.

14 banques réussissent la première phase

Le Consortium R3 a développé le système interbancaire qui repose sur Corda Entreprise afin de tester la Blockchain dans le domaine de liaison des services de plusieurs banques italiennes. Le projet, appuyé par ABI Lab (Laboratoire de recherche soutenu par l’Association Bancaire Italienne) a débuté le 4 juin avec une première phase de validation, au cours de laquelle les banques ont été exposées à 1 200 000 transactions d’essai.

L’objectif de ce test est d’expérimenter le pare-feu d’application Blockchain qui permet à la plateforme d’être « déployée dans des centres de données d’entreprise, tout en maintenant la capacité de communiquer en toute sécurité avec d’autres nœuds partout dans le monde ». À partir de cette phase de vérification, 14 banques dont Intesa Sanpaolo, ont pu essayer le système basique de la plateforme. Le projet effectue actuellement une seconde phase, qui consiste à impliquer des transactions réelles et quotidiennes dans la Blockchain dans le but de vérifier l’efficacité de la technologie DLT interbancaire.

Une seconde phase pour vérifier l’efficacité de la Blockchain Interbancaire

Une fois validée, la Blockchain sera de nouveau éprouvée dans une expérimentation de fond. L’étude d’ABI lab repose ainsi sur la vérification de la transparence, de la rapidité et de contrôler des échanges directement au sein de l’application. En profondeur, c’est la mise en pratique dans une situation réelle de la plateforme qui est appliquée.

à lire aussi :  Allemagne : Frankfurt School proposera une certification "Blockchain" pour les étudiants

Si l’objectif principal est de mettre en relation les banques à partir de la Blockchain, les vérifications gèrent une multitude de critères à savoir : la correspondance des comptes, la vérification des données (si les transactions ne comportent pas d’erreurs), la vitesse des transactions etc. Cette seconde phase déterminera donc la capacité des banques à utiliser des informations dans une dimension de nœuds partagés pour améliorer leurs services.

Pensez-vous que les tests menés par le consortium pourront révéler des résultats positifs ? Réagissez dans la section des commentaires.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X