LocalBitcoins censure ses clients disséminés dans plusieurs pays étrangers

LocalBitcoins censure ses clients disséminés dans plusieurs pays étrangers

Actualités
31 janvier 2020 par Clémentine

Sans crier gare, LocalBitcoins, la plateforme d’échange populaire de bitcoins, aurait suspendu nombreux comptes de ses utilisateurs situés dans certains pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie.

Les utilisateurs se trouvent au pied du mur

Comme la société n’a émis aucune déclaration à ce sujet, le problème n’a été révélé que lorsque des utilisateurs provenant des pays tels que l’Afghanistan, l’Irak, le Nigeria, la Syrie et le Pakistan se sont plaints de leur incapacité à accéder à leurs avoirs en bitcoin, la semaine dernière.

Bien que la réception d’actifs numériques ne soit pas encore interrompue, ces comptes ne seraient plus en mesure d’envoyer des bitcoins. Qui plus est, le service clientèle de la plateforme d’échange n’est plus fonctionnel.

Pour pouvoir récupérer leurs avoirs, les utilisateurs de LocalBitcoins concernés devraient procéder à la suppression de leurs comptes. Toutefois, ils devraient patienter au moins 14 jours pour pouvoir effectuer cette démarche.

Une décision relative à la 5AMLD ?

Selon certains utilisateurs, la plateforme aurait voulu se conformer avec la nouvelle loi de lutte contre le blanchiment de l’Union européenne, bien connue sous le nom de 5AMLD. Cette loi, mise en vigueur depuis le 10  janvier de ce mois, oblige en effet certaines entreprises à cesser ou à délocaliser leurs activités avant le début de l’année 2020.

Pour sa part, LocalBitcoins a envoyé le message à ses utilisateurs, dont le compte avait été suspendu, qui se lit comme suit:

« Les clients résidant ou autrement situés dans les pays suivants doivent avoir un processus de diligence raisonnable amélioré. Les pays sont définis par la commission de l’UE: Afghanistan, Samoa américaines, Bahamas, Botswana, République populaire démocratique de Corée, Éthiopie, Ghana, Guam, Irak, Libye, Nigeria, Pakistan, Panama, Porto Rico, Samoa, Arabie saoudite, Sri Lanka , Syrie, Trinité-et-Tobago, Tunisie, îles Vierges américaines, Yémen ».

Par ailleurs, pendant que la plateforme d’échange continue à resserrer ses politiques de lutte contre le blanchiment d’argent, ses volumes de trading de bitcoins chutent progressivement, avec une baisse de plus de 50% entre le mois de septembre de l’année dernière et le mois de janvier de cette année.

à lire aussi :  La Russie: leader sur le marché du Bitcoin malgré l’absence de réglementation

Que pensez-vous de cette restriction ? Réagissez dans la section commentaire ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Sois le PREMIER à voter)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X