Les facteurs de blocage à l’adoption de la technologie Blockchain

Les facteurs de blocage à l’adoption de la technologie Blockchain

Actualités
1 janvier 2019 par Antoine

Dans le cadre d’une enquête sur les secteurs émergents dénommée « le cycle du progrès », le géant indien de la télécommunication, Tata Communications, a identifié les principaux blocages et freinages qui endiguent l’adoption massive de la Blockchain. Ces obstacles peuvent provenir soit de la technologie elle-même, soit de l’environnement réglementaire instable.

Les obstacles inhérents à la technologie

Les questions relatives aux coûts, à la sécurité et à la protection de la vie privée constituent les principaux obstacles à l’adoption imminente des nouvelles technologies par les entreprises.

Outre ces facteurs, le déficit croissant de compétence représente également un frein à la reconnaissance de ces nouvelles technologies, à savoir la Blockchain, l’intelligence artificielle (IA) ou encore l’Internet des objets (IoT).

Pourtant, les entreprises dans leur parcours de transformation numérique se concentrent fermement sur l’impact positif apporté par le numérique.

C.R. Srinivasan, directeur du numérique chez Tata, a affirmé que :

« Le cycle du progrès sonne comme un avertissement pour les entreprises, avec un fossé palpable entre les perceptions et la réalité qui se creuse à travers les différents niveaux des organisations, à mesure que l’innovation prend de l’ampleur. »

« Cette disparité met en évidence le fait que les directeurs et les chefs d’unité d’affaires doivent mieux informer le PDG des défis auxquels ils sont confrontés lorsqu’ils déploient ces nouvelles technologies », ajoute-il.

Les obstacles relatifs à l’environnement juridique

L’Inde traverse actuellement une période d’instabilité en matière de crypto-monnaie, qui jusqu’à aujourd’hui, souffre d’un statut juridique lacunaire.

La banque centrale a défendu les banques commerciales de fournir des services aux entreprises de crypto-monnaies, une décision qui aurait fait l’objet d’une contestation judiciaire.

à lire aussi :  Kambiz Djafari : "Un prix pour Bitcoin de 25 000 à 50 000 $ me semble possible"

Toutefois, suivant l’environnement réglementaire qui se dessine dans d’autres pays, les législateurs indiens se contentent d’un cadre réglementaire lourdement légiféré à la place d’une interdiction pure et simple.

Que pensez-vous de ces obstacles à l’adoption de la Blockchain énumérés par Tata ? Dites-le-nous en commentaires !

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Sois le PREMIER à voter)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X