La British Royal et l’ambassadeur des États-Unis prônent l’usage de la Blockchain pour lutter contre la traite des êtres humains

La British Royal et l’ambassadeur des États-Unis prônent l’usage de la Blockchain pour lutter contre la traite des êtres humains

Actualités
14 avril 2019 par Victor

Pour la petite fille de la reine Elizabeth, fondatrice du collectif anti-esclavage en Grande-Bretagne, la technologie Blockchain pourrait apporter une aide primordiale à la lutte contre la traite des êtres humains. D’autre part, l’Ambassadeur américain John Richmond a rejoint son idée en se penchant sur une meilleure exploitation de la technologie disruptive pour limiter les cas d’esclavagisme.

Battre la technologie par la technologie

Au fur et à mesure de l’évolution, la traite des êtres humains a mué et fait aujourd’hui référence à internet pour cibler les victimes. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) l’a confirmé lors d’une conférence à Vienne en évoquant des trafiquants qui utilisaient de plus en plus le web pour exploiter à outrance les gens.

Dans cette perspective, la princesse Eugénie, qui est très engagée dans la lutte contre la traite et l’esclavage, a prôné le recours à la même arme pour limiter les risques à partir des téléphones ou encore de la Blockchain.
Elle déclare :

« J’ai appris à quel point la Blockchain avait un impact considérable sur la gestion de la chaîne d’approvisionnement et comment une application en Grande Bretagne pouvait aider le public à signaler l’esclavage moderne […] ».

La Blockchain facilite la lutte

Si la princesse Eugénie fait référence à des modèles bien établis comme les initiatives de Coca Cola ou encore l’application Safe Car Wash permettant de placer dans un registre immuable les travailleurs et leurs contrats, l’ambassadeur de la lutte contre la traite des êtres humains John Richmond perçoit surtout la technologie comme un outil.

à lire aussi :  Les législateurs espagnols se tournent vers la Blockchain pour améliorer l’administration du pays

Il déclare :

« Il n’existe aucun algorithme permettant d’arrêter la traite, mais il existe des outils technologiques qui peuvent aider les gens à mieux faire leur travail. C’est un travail lent, laborieux et quotidien qui peut aider à faire la différence. »

Que pensez-vous des avis de John Richmond et la princesse Eugénie sur l’usage de la Blockchain pour lutter contre la traite des êtres humains ? Donnez votre avis dans la section commentaires.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Sois le PREMIER à voter)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X