Le financement des recherches sur la technologie Blockchain régresse

Le financement des recherches sur la technologie Blockchain régresse

Actualités
16 avril 2020 par Antoine

Alors que de nombreux chercheurs à l’Université commencent à accorder un intérêt sérieux à la technologie Blockchain, les bailleurs de fonds se font de plus en plus rares. Pour certains observateurs, la raison de cette limitation des subventions se base sur le caractère « nouveau » de la technologie dans le programme universitaire ainsi que la priorisation des projets devant les recherches académiques par les investisseurs.

La Blockchain, une mine d’or qui tarde à se révéler

Derrière les projets de crypto-monnaies, les réseaux décentralisés et autres technologies financières gérés par la DLT, la Blockchain tire les ficelles de ce que bon nombre de chercheurs appellent « nouvelle économie. »Pour d’autres, la définition de la Blockchain dépasse de loin ce cadre financier, raison pour laquelle les recherches universitaires qui s’orientent vers cette nouvelle plate-bande ont augmenté ces derniers temps.

Pour Andrea Bronchelli, chercheur en blockchain à l’Université de City University of London, le concept sous-jacent de la Blockchain comme les crypto-monnaies disposent d’une « incroyable ressource de données ouvertes ».

Cependant, « une grande majorité des universitaires ne comprennent toujours pas ce que sont les cryptos », explique-t-il avant de soulever les différents motifs qui retardent l’exploitation  de ces ressources, en l’occurrence la réticence des investisseurs à y faire fructifier leur argent.

La recherche académique laissée pour compte

Poursuivant ses explications concernant les lacunes sur la recherche sur la technologie Blockchain dans les universités, Laskowski indique que la mise en place d’une unité de recherche sur cette nouvelle technologie reste difficile dans le sens où « la Blockchain n’avait pas ses origines dans le monde universitaire ».

D’autre part, les grands investisseurs publics (l’Etat) ou privés semblent plus attirés par la Blockchain en tant que projet que secteur de recherche, comme l’indique Michael Zargham dans une déclaration sur des projets de la ville de Vienne et des télécommunications impliquant la Blockchain.

à lire aussi :  Margarete Schramboeck : la réglementation de la Blockchain n’est pas indispensable

Que pensez-vous des lacunes de financement des recherches sur la Blockchain dans les universités ? Donnez votre avis dans la section commentaires.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Sois le PREMIER à voter)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X