La deuxième plus grande bourse d’Allemagne lance une plateforme de trading de crypto-monnaies

La deuxième plus grande bourse d’Allemagne lance une plateforme de trading de crypto-monnaies

Actualités
17 avril 2018 par Victor

Sowa Labs est la deuxième plus grande bourse traditionnelle d’Allemagne. Cette filiale de Boerse Stuttgart a récemment annoncé le développement d’une application pour les crypto-monnaies. Baptisée Bison, l’application devrait être disponible en langue allemande à l’automne prochain. La version anglaise sortira peu de temps après.

Sowa Labs annonce le futur lancement d’une application de trading de crypto-monnaies

L’application Bison a été révélée vendredi dernier par Sowa Labs. Elle sera disponible au grand public dès septembre 2018 avec le support pour Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), Litecoin (LTC) et Ripple (XRP). D’autres crypto-actifs seront ajoutés après le lancement.

Ulli, le directeur général de Sowa Labs a déclaré :

Bison facilite le trading des monnaies numériques. C’est la première application de crypto-monnaies au monde à avoir une bourse traditionnelle derrière elle.

L’application est à la fois simple, sûre et fiable. L’utilisateur est libre d’entrer dans le monde des crypto-monnaies en toute simplicité et le trading se fait en quelques clics. Un « radar de crypto-monnaies » analysera plus de 250 000 tweets et fournira les informations les plus importantes, comme, l’identité de la monnaie la plus populaire sur les médias sociaux. La prise de décision serait alors bien plus objective et l’utilisateur verra une fluctuation des prix tout au long de la journées sur le marché.

Selon le site internet de l’entreprise :

Bison vous montre les bons côtés du monde de la crypto-monnaie, sans aucun processus compliqué.

Bison réduit considérablement la complexité de l’enregistrement et la preuve d’identité. Alors que l’ouverture d’un compte d’utilisateur prenait habituellement plusieurs jours, l’utilisation de Bison ne prend que quelques minutes avant de pouvoir faire une vente.

La décision de Boerse Stuttgart de lancer une application de trading de crypto-monnaies démontre d’une certaine manière la tendance émergente des principaux acteurs financiers entrant sur le marché des crypto-monnaies.

Un sondage sur les crypto-monnaies

Une enquête auprès de 1 019 traders de crypto-monnaies a été menée par Sowa Labs pour sonder leurs opinions sur la technologie émergente des monnaies numériques.

à lire aussi :  L'équipe de CryptoAds : une belle brochette de conseiller pro dans les télécommunications et la Blockchain

81% des participants étaient des hommes, 19% des femmes et 54% avaient aux alentours de 35 ans.

Près de 16,9% possèdent une crypto-monnaie tandis que 18,2% détiennent une variété de crypto-monnaies. Il semble que le trading de monnaies virtuelles soit dominé par la gent masculine : 40,6% des hommes ont avoué avoir un ou plusieurs comptes de trading de crypto-monnaies contre seulement 11% de femmes.

La grande majorité a ouvert son premier compte de trading en 2017, soit 80% des participants au sondage. Ceux âgés de 35 ans et plus sont des participants très actifs aux échanges de crypto-monnaies comparés à leurs homologues plus jeunes. 31% des plus âgés font des transactions hebdomadaires contre 11,5% qui s’y appliquent au moins une fois par jour.

Pensez-vous que plus d’institutions financières traditionnelles offriront des applications de trading de crypto-monnaies à l’avenir ? Faites-nous part de votre avis dans la section des commentaires ci-dessous.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

[Campagne de correction] quand vous trouvez une faute d’orthographe, grammaire et syntaxe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. (5 rapports d’erreur par tranche de 5 minutes max)

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :