La Corée du Sud interdit l’usage des crypto-monnaies à ses fonctionnaires


Le gouvernement sud-coréen aurait de facto émis une interdiction à l’encontre de ses fonctionnaires selon le rapport de MBN. Les fonctionnaires n’ont pas le droit de détenir des crypto-monnaies ni d’en négocier. D’après le rapport de Maeil Business, le 1er mars, c’est « la première fois que le gouvernement a formulé une interdiction de l’usage des crypto-monnaies pour tous les fonctionnaires. »
Selon le média, le ministère de la Gestion du Personnel a publié un document intitulé « Monnaies virtuelles et informations relatives aux transactions pour les fonctionnaires. »

Une interdiction de facto destinée aux fonctionnaires

En décembre 2017, les marchés des crypto-monnaies ont fortement réagi à la rumeur sur une interdiction totale de réaliser des transactions en monnaie virtuelle. Le gouvernement a confirmé qu’il n’avait aucune intention d’interdire ou de réprimer le trading de crypto-monnaies. Toutefois, il a décidé d’adopter une approche visant à réguler les marchés en protégeant les investisseurs et les entreprises concernés. Consciente de l’innovation apportée par l’industrie, la Corée du Sud ne voudrait surtout pas se laisser distancer par d’autres grands pays comme les Etats-Unis et le Japon, d’où cette décision. 

La publication cite le département des affaires du personnel dans son récit en précisant que si les fonctionnaires recourent aux crypto-monnaies dans leurs activités professionnelles, ils « violent l’interdiction des obligations d’abstention en vertu de la loi appliquée aux fonctionnaires.«  D’autant plus, « même si aucun lien pertinent n’existe avec le métier exercé, » les fonctionnaires « pourraient faire l’objet de mesures disciplinaires, » a déclaré un porte-parole.

La Commission des services financiers (FSC), la Commission du commerce équitable et d’autres départements concernés avaient auparavant informé leurs employés de s’abstenir de tout investissement dans la crypto-monnaie, a ajouté le média.

Des efforts supplémentaires

En janvier 2018, les responsables sud-coréens du Financial Supervisory Service (FSS) ont été accusés de délit d’initiés en rapport avec les cryptomonnaies. Il semblerait que des employés du gouvernement aient été impliqués dans les opérations d’initiés. Ils auraient exploité des informations non divulguées sur les réglementations futures et manipulé le marché. Le chef de la FSS, Choi Hyung-sik, a ensuite confirmé ces accusations. Toutefois, étant une agence indépendante, la FSS a déclaré qu’elle examinera son propre code de conduite.

En réponse aux allégations et à l’admission du délit d’initiés, le gouvernement sud-coréen a décidé d’imposer l’interdiction ciblant les fonctionnaires. La Commission de libre-échange sud-coréenne, la Commission des services financiers et le ministère de la Stratégie et des Finances ont approuvé à l’unanimité la décision de restreindre les échanges de cryptomonnaie au sein du gouvernement.

à lire aussi :  Un géant de l’énergie de la République tchèque accepte les paiements en Bitcoin

Pensez-vous que les fonctionnaires du gouvernement coréen devraient être interdits de détenir et de négocier des crypto-monnaies ? Faites-nous part de votre opinion dans les commentaires.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...
Continuez la discussion :
Likez notre page Facebook, et inscrivez-vous au groupe Facebook. Suivez notre compte Twitter.
[Campagne de correction et d'amélioration] Lorsque vous trouvez une erreur d'orthographe, de grammaire, faute de frappe, ou une information à corriger/préciser merci de : 1. sélectionner le texte. 2. appuyer sur "CTRL + Entrée".
Une fenêtre de dialogue vous invite alors à proposer une correction.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X