Le conseiller économique en chef d’Allianz a une perspective prudente et encourageante sur Bitcoin


Le conseiller économique en chef d’Allianz a déclaré que Bitcoin était une marchandise plutôt qu’une monnaie. Pour lui, le manque de valeur assurée du bitcoin lui interdit d’être considéré aux côtés de l’euro, du dollar ou de la livre sterling. Cependant, son langage suggère que cela peut ne pas toujours être le cas. S’adressant à CNBC lors du forum Barclays Asia à Singapour jeudi, Mohamed El-Erian a déclaré:

Une monnaie sert de réserve de valeur prévisible et sert de moyen d’échange et qui est assez stable en valeur – le bitcoins n’en est pas encore là, il essaie encore de trouver une stabilité, donc c’est plus une marchandise qu’une monnaie

Le mois dernier, le conseiller principal d’Allianz a déclaré qu’il pensait que Bitcoin était surévalué à 4000 $. Curieusement, contrairement à beaucoup de ses pairs, El-Erian ne considère pas la crypto-monnaie comme étant sans valeur. Au contraire, il pense que la tarification actuelle suppose une adoption généralisée et presque totale qui nécessite l’acceptation du gouvernement, ce qui est tout sauf un acquis.

Depuis ses précédents commentaire, le prix du Bitcoin a grimpé à 7000 $. Cela semble largement alimenté par l’attente de liquidités institutionnelles sur le marché à la fin de l’année via la futur plateforme de trading de CME BTC annoncée cette semaine.

Cependant, sur la base de ce que dit El-Erian, il semble plus probable que Bitcoin soit extrêmement sous-évalué si nous supposons qu’une plus large adoption est encore à venir et que les gouvernements se mettent à le réglementer. Par exemple, si la monnaie numérique et les matières premières ont été acceptées comme une réserve mondiale de valeur de la même manière que l’or l’a été, et qu’un dixième de la capitalisation boursière de l’or a envahi Bitcoin, nous aurions un prix par Bitcoin de plus de 35 000 $.

Malgré son sens un peu faussé de l’évaluation, l’opinion d’El-Erian fait une lecture légère en comparaison aux mots durs que les acteurs de la haute finance ont prononcé ces dernières semaines. Il admet que le prix a gonflé dans un terrain surévalué, mais refuse d’utiliser le langage de beaucoup de ses pairs médisant. Plutôt que de peindre la monnaie numérique comme une «fraude» ou une «bulle» comme certaines grandes monnaies le sont, il comprend qu’une plus grande maturité du marché doit être atteinte avant qu’il puisse fonctionner avec succès en tant que monnaie.

Malgré sa réponse mesurée vis à vis de la crypto-monnaie, El-Erian reste pour le moment dans le camp de ceux qui «sous-estiment» le «grand potentiel» de Bitcoin – du moins selon l’investisseur milliardaire Peter Thiel.

à lire aussi :  IBM veut créer 1 800 emplois en France

Continuez la discussion :
Aimez la page Facebook, et adhérez au groupe Facebook. Suivez notre compte Twitter.
[Campagne de correction et d'amélioration] Lorsque vous trouvez une erreur d'orthographe, de grammaire, faute de frappe, ou une information à corriger/préciser merci de : 1. sélectionner le texte. 2. appuyer sur "CTRL + Entrée".
Une fenêtre de dialogue vous invite alors à proposer une correction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X