Le Kenya aura son groupe de travail dédié à la Blockchain

Le Kenya aura son groupe de travail dédié à la Blockchain

Actualités
1 mars 2018 par CanardCoinCoin

Les crypto-monnaies font l’objet de nombreuses discussions. Celles-ci continuent d’attirer l’attention des investisseurs, mais surtout des gouvernements. De plus en plus de pays tentent d’éduquer leurs citoyens, en expliquant les avantages et les inconvénients des actifs numériques.

Le Kenya met en place un groupe de travail

Le Kenya est le prochain pays qui prévoit de prendre des mesures contre les risques qui peuvent apparaître lors de l’utilisation des plateformes basées sur des Blockchain. C’est pourquoi, le gouvernement s’apprête à lancer un groupe de travail afin d’analyser les avantages et les inconvénients des actifs cryptographiques et de la technologie Blockchain.

Le président kenyan, Uhur Kenyatta, a récemment exprimé son opinion sur la technologie Blockchain, en affirmant que le Kenya ne devrait pas exclure cette option de développement. Il estime qu’un pays peu développé est susceptible de bénéficier considérablement de la révolution numérique.

« Il est vrai que les précédentes révolutions industrielles sont passées. Cette fois, j’espère que la quatrième révolution industrielle entraînée par la transformation numérique ne laissera pas l’Afrique derrière elle », a déclaré Uhur Kenyatta.

Les informations nécessaires sur le futur groupe de travail seront communiquées dans les prochains jours et des mesures devraient changer l’avenir financier du Kenya. Les demandes du gouvernement se concentreront en particulier sur deux secteurs que le Kenya veut développer : l’éducation et le secteur foncier.

Le groupe de travail devrait être composé de membres des secteurs public et privé qui manifestent une grande sympathie pour la technologie Blockchain. Les utilisateurs qui sont déjà impliqués dans la technologie numérique et ceux qui connaissent ses bases et ont un passé spécifique seront considérés comme prioritaires.

L’Autorité des marchés financiers met en garde la société

L’annonce de la création de ce groupe de travail est venue s’ajouter aux inquiétudes exprimées par la Capital Markets Authority (CMA) au Kenya concernant les conséquences négatives des investissements réalisés dans les crypto-actifs. Leurs raisons étaient que les monnaies numériques sont spéculatives et non réglementées.

à lire aussi :  KuCoin investit 3 millions de dollars dans Bitcoin Australia

La Banque centrale du Kenya a également exprimé son point de vue négatif sur la crypto-monnaie, affirmant que

« il s’agit d’investissements risqués en raison de l’absence de cadre juridique dans le pays ».

Même si le président kenyan a essayé de montrer les avantages que le pays peut tirer de l’adoption de la technologie blockchain, les institutions publiques restent prudentes quant à la monnaie virtuelle. Il n’y a toujours pas d’informations sur les autres mesures que prendra le Kenya.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, avmoyenne 5,00 sur 5)
Loading...

via

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.