La Belgique établit un cadre réglementaire pour les crypto-monnaies

La Belgique établit un cadre réglementaire pour les crypto-monnaies

Actualités
22 février 2020 par Antoine

Face à la recrudescence des activités liées aux crypto-monnaies, l’Autorité des services et des marchés financiers de la Belgique (FSMA) a incité le gouvernement à prendre des mesures pour encadrer les opérations qui y sont affiliées. Au cours d’une audition au Sénat, l’agence a notamment appelé les législateurs à établir un cadre juridique pour la vente, l’achat et l’exploitation générale des actifs numériques.

Interdire ou réglementer la crypto-monnaies

Le concept de la crypto-monnaie ne fait pas l’unanimité dans les systèmes occidentaux, c’est bien connu ! Considérées comme une belle opportunité pour l’économie chez certains, les monnaies virtuelles constituent également une menace pour la stabilité financière pour d’autres.

Devant cette croissance notable des débats autour de la technologie financière révolutionnaire, l’organisme financier de la Belgique (FSMA) a ainsi invité les responsables politiques à se pencher sur une solution pour réglementer ou interdire les crypto-monnaies.

Dans un rapport d’audience au Sénat, Jean-Paul Servais, le président du sénateur de la FSMA a ainsi proposé aux législateurs d’établir un cadre juridique pour la vente, l’achat et l’utilisation des jetons numériques dans le pays.

Un marché grandissant que l’on ne peut ignorer

Prenant l’exemple de la Russie, de la Chine ou encore de l’Argentine, Jean-Paul Servais a estimé que les indicateurs sur l’explosion des activités liées aux crypto-monnaies sont assez notables pour que la Belgique prenne une décision.

En outre, la FSMA rapporte que le marché des actifs numérique compte plus d’un millier de jetons d’une valeur de 320 milliards de dollars, ce qui ne passe pas inaperçu dans les chiffres macro-économiques. D’autre part, cette statistique cache également de nombreuses inquiétudes concernant les activités malveillantes comme les blanchiments et autres détournements de fonds et escroqueries, indique-t-il en déclarant :

« En raison de leur non-traçabilité, les bitcoins et autres monnaies virtuelles populaires dans le contexte de la cybercriminalité ne sont pas omniprésents sur le darknet, car ils peuvent devenir des cybercrimes commis sans laisser de traces ».

Que pensez-vous de cet appel de la FSMA au gouvernement belge sur la réglementation des crypto-monnaies ? Donnez votre avis dans la section commentaires.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, avmoyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X
X